Conseil Municipal

Adopté en séance le 12 décembre par le conseil municipal, le budget 2017 de la ville ne rogne en rien sur ses objectifs malgré les contraintes financières de l’etat qui continuent de peser.

 

Les budgets publics se suivent pour les collectivités, et les contraintes s’amplifient ! Montigny n’échappe pas à la règle fixée par l’Etat, dont le désengagement envers les territoires se maintient (5). La ville perd ainsi à nouveau 14% de sa dotation globale de fonctionnement pour cet exercice 2017 qui, s’ajoutant aux baisses des années passées, atteint 6 Me de baisse cumulée sur le budget municipal. «Depuis 2014, nous observons une chute de près de 44% de notre DGF. En valeur absolue, nous touchions 6,7Me  en 2014, mais nous ne toucherons plus que 3,8Me pour 2017», alerte Armelle Aubriet, adjoint au Finances.  
Dans ce contexte morose, la rigueur et l’imagination sont aux commandes pour parvenir à maintenir les trois objectifs de ce budget :

•  Ne pas augmenter la pression fiscale des Ignymontains. (3)


•  Maintenir la qualité et la diversité des services rendus aux habitants.


•  Garder un niveau adéquat d’entretien du patrimoine avec la PPI (programmation pluriannuelle des investissements).


•  Ne pas réduire les investissements sur fonds propres.


(4) L’extinction de la dette, prévue dès 2019, donne à la municipalité les coudées franches pour mener à bien en toute sérénité les grands projets qui s’échelonnent jusqu’en 2020.

(1) Sur un total de 46,4 Me, les dépenses de fonctionnement se ventilent à hauteur de 32Me pour les dépenses de personnel, 14,4Me pour les dépenses de gestion, 4,8 Me pour les frais financiers et 1,7Me pour le Fonds de solidarité de la Région Ile-de-France.

(2) Les recettes de fonctionnement sont constituées en premier lieu par la fiscalité directe, pour 22,6Me. Autres sources principales : la DGF pour 6,8Me, les recettes des services rendus pour 5,9Me, les dotations de l’agglomération pour 5,8Me, les subventions de la CAF (petite enfance) pour 3,3Me, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères pour 3,2 Me, les droits de mutation pour 2,2Me, Montigny patrimoine pour 2Me.

Voir le budget 2017 de Montigny en détails

 

Stabilité en 2017 pour la fiscalité communale

La recette de la fiscalité locale directe représente 43,6% des recettes de fonctionnement du budget municipal. Elle se ventile pour trois tiers équivalent entre taxe d’habitation, taxe sur le foncier bâti des ménages et taxe sur le foncier bâti des entreprises (le foncier non-bâti étant quasi-inexistant). Pour la 4e année consécutive, le conseil municipal a chois de maintenir les taux des trois taxes locales (taxe d’habitation, taxe sur le foncier bâti et taxe sur le foncier non-bâti), en tenant compte d’une hausse des bases de 1%.

 

Une capacité d’investissement sanctuarisée

Les grands projets ainsi que les réhabilitations du patrimoine communal constituent les enjeux cardinaux de cette mandature 2014-2020 en ce qui concerne l’investissement. Cette capacité d’investir de la part de la ville a été consolidée pour le projet  d’équipement culturel sur le site Bergson, pour celui lié à la petite enfance sur le site de l’ex-école Samain, pour la réhabiliation du Club le Village et la création de pôle foot et rugby sur les sites sportifs de la Couldre et de Roger Couldre. Elle l’est aussi pour le patrimoine communal (écoles, gymnases, équipements culturels ou sociaux, voiries, parcs et jardins) dans le cadre d’un document cadre de programmation pluriannuelle d’investissement (PPI), qui programme et échelonne les opérations à mener pour les 4 prochaines années.
Voir également en pages 8 et 9, interview du maire Michel Laugier).

 

1

 

2

 

 

 

3

 

4

 

5