Conseil Municipal

Le Conseil municipal a voté son budget pour 2018 avant les fêtes. Il s’élève à  67 M€ et prend en compte les contraintes imposées par le gouvernement. une fois encore sans augmentation des impôts locaux.

 

52.293.077 € en fonctionnement

14.726.147 € en investissement


Rigueur face aux contraintes à nouveau posées par les orientations de l’Etat envers les collectivités locales, et projection pour souligner un effort inédit en termes d’investissement, ce sont les mots clés pour caractériser les choix budgétaires proposés par l’équipe municipale, adoptés le 11 décembre dernier dans le cadre du vote du budget primitif 2018 de la ville.
«Cette année encore, notre objectif à travers ces orientations a été de maintenir une qualité de services aux Ignymontains en adéquation avec leurs besoins, sans augmenter la pression fiscale»,  explique Armelle Aubriet, adjoint au maire déléguée aux Finances. Le pari est à nouveau tenu à l’intention des contribuables : le maintien des taux des trois taxes locales (taxe d’habitation, taxe sur le foncier bâti et taxe sur le foncier non bâti) est assuré. Les bases fiscales, dont l’évolution est décidée par le Parlement, augmentent pour leur part de 1%.

Extinction de la dette en 2018

Le reliquat de la dette contractée par la ville depuis trois décennies pour trois investissements structurants que furent la Ferme du Manet, le centre sportif Coubertin et le centre aquatique du Lac (en intercommunalité avec Voisins-le-Bretonneux), s’éteindra en 2018. Une étape qui permet à la Ville de lancer un nouvel emprunt alors que s’ouvre la phase active de réalisation des grands projets engagés (pôle musique-théâtre et danse Bergson, pôle de petite enfance Samain, pôles sportifs foot et rugby et modernisation du Club le Village). Un emprunt de 10 M€ sera contracté à cet effet, basé sur une annuité maîtrisée de 500.000€ sur les vingt prochaines années.

Vigilance sur les charges de personnel

Le budget 2018 fait apparaître une inhabituelle baisse des coûts de personnel de -1,2%, permise par le retour à la semaine de 4 jours dans les écoles, par le retour de la journée de carence, par la mutualisation des services de reprographie avec l’agglomération, et par plusieurs départs en retraite non remplacés.

Renseignements : 01 39 30 31 42 (Direction des Finances)

Les recettes de fonctionnement sont principalement constituées des deux impôts locaux payés par les contribuables particuliers et entreprises, dont 14% correspondent aux recettes de la taxe d’habitation.

 

 

Un niveau d’investissement exceptionnel

Plus de 14 M€ d’investissement sur l’exercice 2018, la somme est largement supérieure au niveau normal qui est plutôt de 5 M€. Le curseur a fait un bond en avant en raison du calendrier d’avancement des grands projets engagés par la ville pour la période 2014-2020, (9,4 M€), de l’achèvement des travaux d’accessibilité des équipements communaux pour les personnes à mobilité réduite (près de 500.000€), ainsi que des travaux d’entretien, de rénovation ou du mobilier (voirie, parcs, gymnases, écoles...) pour 3,5 autres M€. «L’extinction de notre dette en 2018 nous permet d’emprunter à nouveau pour conduire des grands projets accroissant notre patrimoine, beaucoup plus que toute autre commune de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. Je tiens à préciser que nous n’empruntons pas pour financer les travaux d’entretien», conclut Armelle Aubriet.

 

Ne rien transiger sur les services

La première priorité du budget de fonctionnement (52,3 M€) est de ne rien rogner sur l’ensemble des services rendus à la population. Les efforts de gestion assumés par les services municipaux et une maîtrise assumée des ressources humaines permettent à nouveau de maintenir l’éventail des services, sans enclencher en parallèle de hausse des tarifs communaux (à l’exception de 1% correspondant à l’inflation pour les tarifs 2018-2019 en septembre prochain), comme le précise Jean-Luc Ourgaud. «Nous sommes certes ambitieux sur l’investissement, pour autant la qualité de nos actions au quotidien reste primordiale pour nous. J’évoquerai par exemple le retour de la semaine à 4 jours mis en place sans délai, ou l’accueil garanti dans les structures en cas de grève. Dans le même ordre d’idée, les casiers du centre aquatique sont actuellement remplacés et seront accessibles avec un simple jeton (de caddie par exemple).» 

 

Réforme de la taxe d’habitation : quelle équation pour Montigny ?

La taxe d’habitation, qui concerne les locataires et les propriétaires d’un bien, est un impôt perçu directement par les communes qui leur permet de financer les services publics de proximité. Le gouvernement a indiqué que 80% des Français seraient dégrevés de leur taxe d’habitation d’ici 2020. Les foyers concernés sont ceux dont les revenus ne dépasseront pas les montants fixés par la loi de Finances 2018 (voir ci-dessous). Pour Montigny, où la taxe d’habitation abonde le budget communal de plus de 7 M€, les projections semblent pour l’instant indiquer qu’environ la moitié des foyers seront concernés.
A priori, ces dégrèvements seront pris en charge intégralement par l’Etat sur l’année d’imposition, qui reversera donc aux villes le manque à gagner, estimé à environ 6 milliards€ pour tout le pays. «Alors qu’il est déjà tellement endetté, on peut se demander où l’Etat trouvera les recettes pour tenir sa mesure. Or, pour les villes, elle est indispensable pour assurer ses services publics. L’inquiétude est partagée par tous les élus locaux», prévient Armelle Aubriet.

Si vous gagnez (votre revenu fiscal de référence)  :

- plus de 30 000 euros par an pour un célibataire
- plus de 48 000 euros pour un couple sans enfant
- plus de 54 000 euros pour un couple avec un enfant
- plus de 60.000 euros par an pour un couple avec 2 enfants
- plus de 66 000 euros pour un couple avec 3 enfants

... vous continuerez de payer la taxe d’habitation.

 

 

Les travaux 2018 dans la ville

Voirie :

Ecole François Mansart : Réfection des revêtements des cours élémentaire et maternelle ainsi que le parvis de l’entrée principale élémentaire

Rue Jules Romain : réfection du trottoir situé derrière les commerces de Sud Canal

Rue Lamartine : réfection du trottoir côté logements
 
Paysage et Environnement :
Pôle Rugby Couderc : terrains synthétiques et éclairage

Ecole Chénier : travaux de sécurisation à l’entrée de l’élémentaire avec l’installation d’une grille barreaudée

Accueil de loisirs du Manet : travaux de sécurisation par rehaussement de la clôture

Sente des Chardons : remise en état de la structure de jeux
 

Grands Projets :

Travaux de mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR) :

Salle J. Brel, école Péguy, gymnases R. Rivière et A. Colas

Travaux pour l’aménagement de la boutique alimentaire dans les anciens locaux de la Coordination Handicap locale (centre Prévert)

Déconstruction des bâtiments Samain et Bergson et réalisation des travaux de voirie et réseaux divers (VRD) du site Bergson
 

Patrimoine Bâti :

Travaux de peinture dans différents équipements scolaires dont Saint-Exupéry, Chénier, etc.

Ecole Charles Péguy : à partir des vacances de Pâques, réalisation d’un ravalement avec isolation thermique par l’extérieur

Ecoles St Exupéry et Les Prés : lancement des études pour la réalisation d’un ravalement esthétique avec isolation thermique par l’extérieur, travaux incluant le remplacement des menuiseries extérieures

Ecole Erik Satie : remplacement des menuiseries en bois par des menuiseries en aluminium à rupture de pont thermique et double vitrage isolant performant.

Gymnase Jules Ladoumègue : réhabilitation des façades avec isolation thermique par l’extérieur, remplacement des menuiseries bois extérieures par des menuiseries aluminium performantes, travaux incluant une amélioration esthétique des façades et la création de larges baies vitrées sur la grande salle – reprise des étanchéités de toiture.

Club de l’amitié : 2e phase de remplacement des menuiseries bois extérieures par des menuiseries en aluminium performantes

Ecole François Mansart : réfection de deux toitures terrasses avec amélioration de l’isolation thermique

Ecole Saint-Exupéry : réfection de sol et travaux de faux plafonds acoustiques avec renforcement de l’isolation thermique

Gymnase Jean Maréchal : réfection des peintures dans deux vestiaires

Centre sportif Pierre de Coubertin : dans la salle de tennis, remplacement des projecteurs d’éclairage à iodure de sodium énergivores par des projecteurs à LEDS plus économiques, ceci terminant le remplacement par des LEDS des 6 salles du gymnase

Gymnase Jules Ladoumègue - salle des arts martiaux et salle de danse : remplacement des projecteurs d’éclairage énergivores par des projecteurs à LEDS

Centre aquatique du Lac – hall bassin : remplacement des projecteurs d’éclairage énergivores par des projecteurs à LEDS, remplacement des façades des casiers qui seront désormais gratuits, réfection des sols des vestiaires et des douches par une résine

Maison Marcel Guillon : amélioration de l’acoustique et de l’isolation thermique de la grande salle
Renseignements : 01 39 30 31 00 (Direction technique)