L'action sociale à Montigny : au service de la solidarité

Solidarité


Établissement public légal et obligatoire pour chaque commune française, le Centre communal d’action sociale (CCAS)  est un outil incontournable de l’action sociale locale. Disposant d’une autonomie administrative et financière, il est géré par un conseil d’administration, présidé de plein droit par le maire Jean-Luc Ourgaud. Ce conseil est également constitué d’élus locaux et de personnes qualifiées dans le secteur de l’action sociale (représentants des associations familiales, personnes âgées ou en situation de handicap, personnes œuvrant dans le domaine de la lutte contre l’exclusion). «Cette composition permet de coller au plus près de la réalité de la ville et apporte au CCAS une cohérence d’intervention», précise Marie-Noëlle Thareau, adjointe au maire chargée de l’Action sociale. L’équipe du CCAS anime donc tout au long de l’année une action générale de prévention et de développement social, directement orientée vers les populations  concernées (aide et accompagnement des personnes âgées, aides aux personnes en situation de handicap et aux familles en difficulté, lutte contre l’exclusion, promotion de la santé et contribution à l’accès aux soins…) et propose ainsi un ensemble de prestations pour porter son action de solidarité et de soutien aux situations sociales fragilisées.

une offre de loisirs pour une retraite active et dynamique

Informer, orienter, accompagner et soutenir sont les maîtres-mots de l’équipe du CCAS. Celle-ci concentre donc logiquement ses efforts en direction des personnes potentiellement en situation de vulnérabilité. C’est bien sûr le cas des personnes âgées, pour lesquelles deux types de prestations sont proposés.
En premier lieu, afin de bien vivre sa retraite à Montigny, de nombreux services et actions de proximité sont proposées aux Ignymontains de 60 ans et plus, ou aux retraités d’au moins 56 ans inscrits au CCAS. Des sorties à la journée, des voyages, le repas de fin d’année des seniors, des conférences ou encore diverses activités comme la neuro-gym, permettent ainsi de répondre aux aspirations de chacun. «L’étape de la retraite offre de nouvelles disponibilités aux seniors. Nous les accompagnons donc en leur proposant des activités tout au long de l’année. Nous nous appuyons également sur un maillage partenarial important avec les associations, dont fait évidemment partie le club de l’Amitié. Favoriser le lien social, participer, échanger, découvrir et prévenir le vieillissement sont autant d’actions qui permettent de bien vieillir à Montigny», insiste Marie-Noëlle Thareau.
Le second type de prestations est dirigé vers les personnes en perte d’autonomie, à travers le service de maintien à domicile (voir ci-dessous).

ehpad et rss : l’aboutissement d’un projet ambitieux

En outre, avec l’ouverture de l’EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ) et de la RSS (Résidence services seniors) dans le parc du château de la Coudre, la ville a vu ces derniers mois deux projets d’envergure aboutir en direction de ses seniors. «C’est une grande satisfaction. L’idée initiée il y a plusieurs années par la Municipalité a abouti à un projet ambitieux, qui permet aux personnes âgées dépendantes et autonomes d’être potentiellement hébergées sur le territoire. Au sein de l’EHPAD, nous avons notamment pu obtenir que 17 lits habilités à l’aide sociale soient réservés aux Saint-Quentinois. Je tiens également à préciser qu’à la suite de la fermeture du relais des seniors, nous avons signé une convention avec la RSS qui permet aux seniors le souhaitant de venir y déjeuner, la Ville participant au financement de leurs repas, selon les conditions de ressource de chacun.»

Le registre nominatif, instrument de prévention pour la ville

Rappelons que le registre nominatif permet de répertorier toute personne isolée ou fragilisée par l’âge, un handicap ou un mode de vie. Celui-ci a pour but d’aider les personnes fragiles en cas de besoin, notamment en cas de risques exceptionnels (canicule, grand froid). Ce registre permet un suivi régulier du CCAS (contact téléphonique, visite à domicile, activation de réseaux de proximité, téléassistance, aide ménagère…). Les informations contenues dans ce registre sont strictement confidentielles. Pour vous y inscrire, aucun justificatif ne vous sera demandé, votre déclaration étant suffisante. De même, vous pouvez supprimer votre inscription sur simple demande de votre part.

un maillage solidaire à 360°

Parmi les autres services proposés en faveur des Ignymontains par le CCAS, les aides extra-légales constituent une grande partie de la politique sociale menée par la Ville. «Outre les aides financières diverses (voir encadré ci-dessous), les permanences d’un conciliateur de justice, d’un conseiller juridique, d’une psychologue et d’assistantes sociales permettent notamment d’accompagner le plus grand nombre en cas de besoin (lieux et heures des permanences disponibles sur le site Internet de la ville, rubrique Solidarité).»  De son coté, le service emploi du CCAS permet aux personnes éloignées de l'emploi d'être accompagnées afin de lever les différents freins qui empêcheraient leur retour vers l'emploi. «Diriger vers les bons interlocuteurs, conseiller ou encore rédiger un CV font ainsi partie de ses attributions. Un travail transversal est également réalisé avec d'autres services de la ville», précise l'élue.
Également proposée par le CCAS, la procédure de domiciliation permet aux personnes sans domicile fixe, en habitat mobile ou précaire, de bénéficier d'une adresse administrative pour recevoir leurs différents courriers et ainsi faire valoir leurs droits civils, civiques et sociaux.
Enfin, le CCAS de la ville est également à l’origine de la mise en place d'aides alimentaires comme la prime de Noël ou la Boutique alimentaire (voir ci-dessous).

Préserver l’autonomie grâce au service d’aide à domicile

Dirigé vers les personnes en perte d’autonomie, le service d’aide à domicile (aide-ménagère, téléassistance, portage de repas, boîte à outils…) permet aux personnes le souhaitant de recevoir de l’aide pour le ménage ou les courses, pour se faire apporter son repas à domicile ou avoir recours à quelqu’un pour des petites tâches telles que changer une ampoule, déboucher un évier ou installer une étagère.
De même, la téléassistance a été instaurée en partenariat avec le Conseil départemental des Yvelines afin de munir les personnes vulnérables d’un dispositif. Celui-ci permet de déclencher une alarme afin de prévenir rapidement des secours en cas de problème.
Également en partenariat avec le CCAS de la ville, le Conseil départemental met en place chaque été le dispositif Yvelines Etudiants Seniors (YES), qui permet la venue d’un étudiant chez une personne âgée une fois par semaine pour garder le contact, faire une balade accompagnée ou encore jouer à un jeu de société.  Dans ce cadre, des appels de convivialité sont également réalisés par les agents du CCAS. Pensé de la même manière, le dispositif de veille de Noël est, de son côté, entièrement piloté par le CCAS, appels et visites étant assurés par ses agents.

Des aides extra-légales envers les plus fragiles

Le CCAS de Montigny propose un ensemble de prestations pour remédier aux situations de précarité ou de difficulté sociale. Il peut également orienter, accompagner, soutenir ou informer le public sur les différents droits et démarches à caractère social. Il faut distinguer l’aide légale instaurée par l’Etat, pour lesquelles la ville et son CCAS ont un rôle d’accueil des demandes et d’instruction des dossiers (comme pour l’allocation du RSA par exemple), de l’aide extra-légale créée à l’initiative des collectivités locales, villes elles-même ou Conseils départementaux, sur leur propre budget. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces prestations et leurs critères d'obtention sur le site web de la ville (rubrique Famille et solidarité).
Parmi les aides financières proposées par la Ville, l'allocation consommation d’énergie pour famille nombreuse et l'allocation consommation d'énergie pour les personnes âgées et handicapées sont versées une fois par an à leurs publics respectifs, tout comme la prime de vacances (pour les - 16 ans) et la bourse communale (pour enfants scolarisés au collège, lycée et études supérieures). Pour pouvoir se voir octroyer l'aide au loyer, il est notamment nécessaire d'obtenir une approbation de la part du service d’action social du département ou d'une assistante sociale. Enfin, l'aide d'urgence aux orphelins, le pôle santé (aide qui permet de rembourser la part non prise en charge par la sécurité sociale et la mutuelle) et la prime aux demandeurs d'emploi (pour les moins de 25 ans) complètent l'action sociale de la Municipalité envers les plus fragiles.

Handicap : une action au long cours

Souvent citée en exemple dans la région pour sa politique en faveur des personnes en situation de handicap, Montigny a su devenir une référence dans le domaine au fil d’une politique au long cours. La commune a en effet été un précurseur en 2003 lorsqu’elle a créé la commission extra-communale d’accessibilité (avant la loi de 2005 imposant leur mise en place). Aujourd’hui composée de 16 Ignymontains (8 élus de la ville, 4 représentants d’associations œuvrant dans le champ du handicap, 4 personnes en situation de handicap), elle se voit conférer plusieurs missions et se réunit 3 fois par an. Elle dresse notamment le constat de l’état d’accessibilité du cadre bâti existant (voiries, espaces publics, transports...). Elle formule ainsi des propositions pouvant améliorer la mise en accessibilité de l’existant et dresse un agenda, en collaboration avec les services techniques de la ville. «Il est important que cette commission soit composée de personnes confrontées au quotidien à ce sujet. Elles nous retranscrivent ainsi beaucoup plus efficacement et objectivement la réalité du terrain», insiste Marie-Noëlle Thareau. Chaque année, les travaux réalisés sur le territoire communal sont donc l’occasion d’améliorer l’accessibilité dans la ville.

un taux d'accessibilité  en constante hausse

«Même si globalement, les quelque 70 bâtiments sous la responsabilité de la commune (écoles, gymnases, conservatoires, cinéma, maisons de quartier, Hôtel de ville...) sont accessibles, un travail est mené depuis plusieurs années pour permettre à terme l’accès à tous les espaces intérieurs», précise Jean-Pierre Pluyaud, adjoint au maire délégué aux Travaux. En parallèle, les voiries (passages piétons, trottoirs...) sont également mises aux normes PMR (personnes à mobilité réduite) progressivement, tandis que le nombre de places de parking réservées aux personnes en situation de handicap est en constante augmentation. Mais la Municipalité tient également à ce que la dimension sociale soit aussi prise en compte, notamment pour changer les regards. «C’est notamment pour cette raison que la semaine du Handicap est organisée chaque année depuis 2004. Et même s’il ne faut pas relâcher l’effort, cette dimension semble être de plus en plus assimilée à Montigny, à l’image des partenariats mis en place avec plusieurs associations telles que Valentin Haüy (création du journal en version audio avec Les donneurs de voix), l’AFRT (Association française de recherche sur la Trisomie 21), Handigrimpe, ou la section handfauteuil de l'ASMB handball.

La boutique alimentaire, du concret au quotidien

Créée en 1998, la Boutique alimentaire permet aux familles ignymontaines en difficulté d’avoir accès à des produits gratuits ou à prix cassés, notamment grâce à un partenariat avec l’hypermarché Carrefour. Chaque matin à l’aube, l’équipe de la boutique alimentaire se rend ainsi sur la plate-forme de déchargement de Carrefour, où elle procède au tri des denrées alimentaires mises à disposition par l’hypermarché. «Pour la partie payante de la boutique, l'équipe y fait également quelques courses et passe des commandes sur Internet à des tarifs avantageux», précise Marie-Noëlle Thareau. En parallèle, l’équipe récupère quotidiennement les excédents des repas et goûters dans les écoles et accueils de loisirs de la ville. En fonction de leur situation, les familles peuvent accéder à la totalité des produits de la boutique gratuitement, ou partiellement. En outre, les bénéficiaires de la boutique alimentaire de la ville disposent depuis un an de locaux flambant neufs, implantés au sein des locaux de l’ancienne école Prévert (quartier de la Sourderie), pour faire leurs courses.

DES LOCAUX FLAMBANT NEUFS

«Dans ce nouvel espace de 195 m2, les agents ont aujourd’hui à disposition des bureaux adaptés, une salle de pause, un vestiaire, une douche et une réserve, ce qui nous permet d’accueillir les bénéficiaires dans des conditions optimales. De leur côté, les familles ayant accès à ce service peuvent profiter d’un espace d’accueil très agréable, où des livres, des informations sur diverses formations et un espace café y sont proposés. Le magasin est dorénavant plus vaste, les produits proposés plus nombreux, et les parties payantes et gratuites sont mieux définies. En outre, ils payent aujourd’hui leurs courses sur une véritable caisse enregistreuse», souligne l'élue. Tous ces travaux ont nécessité un investissement d’environ 50.000€ de la part de la Ville.