Evénements

Organisé les 18 et 19 novembre prochains au Vélodrome national, le championnat de France de judo va réunir les meilleurs spécialistes français de la discipline.

Même si le judo ne sera pas accueilli à Montigny lors des Jeux Olympiques de 2024, il flottera dans l’air ignymontain une atmosphère olympique le week-end des 18 et 19 novembre prochains. L’ensemble des meilleurs judokas français s’affronteront en effet au Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, à l’occasion du championnat de France individuel seniors 1ère division.

Les 840 meilleurs judokas du pays, Teddy Riner pressenti

Cette compétition réunira donc durant ces 2 jours les 840 meilleurs judokas masculins et féminins du pays, répartis dans 14 catégories. «C’est la première fois qu’une telle compétition est organisée dans les Yvelines. Nous aurons peut-être la joie de voir Teddy Riner combattre. Il sera de toute façon présent durant ce week-end. Mais nous ne saurons s’il monte sur les tatamis qu’au dernier moment», précise Franck Bourasseau, l’organisateur de la manifestation (voir ci-dessous).

Gratuit pour les moins de 6 ans

Les spectateurs sont donc attendus nombreux dans cette enceinte pouvant accueillir jusqu’à 5.000 personnes. Outre le programme, les places (pour les plus rapides) sont d’ores et déjà accessibles sur Internet (voir lien ci-contre), pour la somme de 10e (gratuit pour les moins de 6 ans). Le samedi, la compétition se déroulera de 9h à 19h30 et concernera les -48, -52 et -57 kg pour les catégories féminines et les -60, -66, -73 et -81 kg pour les catégories masculines. Le dimanche, les combats se succéderont également de 9h à 19h30 et concerneront les -63, -70, -78 et +78 kg pour les catégories féminines et les -90, -100 et +100 kg pour les catégories masculines.

Les minimes sur les tatamis ignymontains en décembre

Cet événement sportif majeur sera suivi par la coupe de France individuelle minimes, programmée également au Vélodrome national les 9 et 10 décembre prochains. «Cette manifestation regroupera les meilleurs espoirs du judo français, qui arriveront à maturité lors des JO de Paris 2024», précise Franck Bourasseau. Ce week-end verra ainsi près de 1.000 athlètes nés entre 2003 et 2005 s’affronter lors de chaque journée de compétition. Parmi eux, quelques futurs médaillés olympiques peuvent se révéler.

Le programme

Samedi 18 novembre :      
Catégories féminines : -48, -52, -57 kg
Catégories masculines : -60, -66, -73, -81 kg
Pesée et tirage au sort la veille à 18h30
Compétition de 9h à 19h30

Dimanche 19 novembre :
Catégories féminines : -63, -70, -78, +78 kg
Catégories masculines : -90, -100, +100 kg
Pesée et tirage au sort la veille à 20h
Compétition de 9h à 19h30
Réserver en ligne


Portrait :

Franck Bourasseau : le judo jusqu’au bout du kimono

Enseignant à l’ASMB Judo depuis plus de 20 ans, Franck Bourasseau s’est vu confier au fil des ans de plus en plus de responsabilités au sein des instances dirigeantes de son sport.

Pour reprendre la célèbre formule imaginée par René Goscinny, nous pourrions simplement dire qu’il est tombé dedans quand il était petit. Les quelques poils blancs agrémentant son bouc sont d’ailleurs les seuls indices laissant imaginer que Franck Bourasseau a débuté le judo il y a maintenant 40 ans. «J’ai débuté à l’âge de 5 ans, au sein du club de Bois d’Arcy créé par mon père. C’est lui qui m’a bien sûr transmis sa passion pour cet art martial, notamment parce que c’est une discipline dans laquelle nous devons nous exprimer à 100%, tant physiquement que techniquement», confie celui qui est aujourd’hui 6e dan (ceinture rouge et blanche). Mais dès son plus jeune âge, Franck s’est avant tout passionné pour le sport en général. Une passion qui l’a poursuivi au fil des ans, passant notamment un brevet d’Etat d’éducateur sportif et un DESJEPS (Diplôme d’Etat supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport). «J’ai eu la chance de toujours pouvoir gagner ma vie grâce au sport», souligne celui qui enseigne à l’ASMB judo depuis 1994.

Dans les dignes pas de son père Michel

Créé par son père Michel, qui y enseigne toujours, le club de Montigny est indissociable de la famille Bourasseau. Dans les dignes pas de son aîné, Franck a également créé son club à Montigny, le Bushido sport, avant d’être sollicité en 2012 pour intégrer progressivement les instances dirigeantes du judo. Ces dernières années, il est ainsi devenu conseiller technique au sein du comité des Yvelines, de la ligue des Yvelines et de la Fédération française de judo. «A ce titre, j’encadre les athlètes et organise des compétitions régionales et nationales.» Celui qui enseigne à raison de 10 heures par semaine à Montigny, ainsi que dans 3 autres clubs du département (Bois-d’Arcy, Elancourt, Marly-le-Roi), a également participé à l’organisation du tournoi de Paris à l’AccorHotels Arena de Bercy, réunissant les meilleurs judokas du monde.

Organisateur des prochains championnats de France

Mais en tant que judoka et dirigeant local, Franck Bourasseau fait aussi partie des personnes permettant à notre territoire d’accueillir des compétitions exceptionnelles telles que le championnat de France de judo qui aura lieu les 18 et 19 novembre prochains au Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines. «J’avais déjà organisé des compétitions équivalentes chez les jeunes. Mais c’est la première fois que j’organise une compétition réunissant tous les plus grands champions français. C’est une autre dimension.» Pour mener à bien sa mission, il sait qu’il pourra compter sur son exceptionnelle équipe de bénévoles qui a déjà officié avec lui sur d’autres événements.