Conseil Municipal

2017 EST UNE ANNÉE DE GRANDS CHOIX POLITIQUES LIÉS AUX RENDEZ-VOUS ÉLECTORAUX DU PRINTEMPS.

CONCERNANT MONTIGNY, LES GRANDS PROJETS IMPULSÉS PAR LA MUNICIPALITÉ SONT ENCLENCHÉS ET SE POURSUIVRONT SUR LE TERRAIN.

LE MAIRE MICHEL LAUGIER REVIENT SUR LES ÉVÉNEMENTS ET LES ENJEUX QUI VONT ANIMER, FAIRE ÉVOLUER ET CONFORTER MONTIGNY DANS SA TRAJECTOIRE, CELLE D’UN TERRITOIRE FORT, QUI DESSINE LES CONTOURS DE SON AVENIR AVEC CONVICTION ET VOLONTARISME.

«En ce début d’année, un sentiment me vient d’abord à l’esprit. Une nouvelle fois, nous allons à Montigny nous inscrire dans plusieurs enjeux qui concernent très concrètement le devenir de notre ville. Son cœur va battre au rythme des rendez-vous importants qui l’attendent à nouveau, et le nôtre avec. C’est d’abord un sentiment de fierté, pour moi, de conduire des politiques publiques à la tête d’une équipe d’élus impliqués, passionnés et d’une administration efficace et pleinement dans le projet. Ce qui nous unit, c’est simplement cette idée partagée d’améliorer la vie quotidienne des Ignymontains. C’est aussi celle d’investir aujourd’hui pour le territoire de demain et les générations qui s’y succéderont. Je vais ensuite détailler ces initiatives, ces choix et ces concrétisations qui vont modeler Montigny en 2017 pour demain.
Les grands projets qui émaillent ce mandat municipal portent la marque de cette confiance. A l’heure où beaucoup de maires en France se demandent comment ils vont encore pouvoir agir pour leur territoire, notre situation est privilégiée. Nous pouvons encore construire, impulser des politiques publiques, donner corps à nos convictions pour Montigny. Ce ressort, nous avons veillé nous-mêmes à le garder tendu. Notre gestion toujours rigoureuse porte ses fruits. Nous nous sommes toujours attachés à rester clairvoyants, même lorsque la croissance effrénée du territoire aurait pu nous aveugler. Nous en tirons les bénéfices aujourd’hui pour rester dans notre élan, quand d’autres supportent mal la détérioration financière liée au désengagement de l’Etat pour ses territoires. Les Ignymontains aussi en bénéficient en conservant intacte cette qualité reconnue et cette diversité de services publics qui leur sont réservés, ou en voyant que la part communale sur leur fiscalité locale reste inchangée. Il nous faut rester vigilants, ne pas baisser la garde face à cette impré- visibilité des règles. Néanmoins, notre éthique de toujours nous permet de pouvoir encore investir pour demain.
Tous les grands projets que nous allons concrétiser d’ici 2020, nous sommes en mesure de les financer, sans partir à l’aventure. Notre recours à l’emprunt sera parfaitement maîtrisé, obéissant à une règle intangible : n’emprunter que pour construire.

Les grands projets : 2017 en chantiers

«2017 verra d’abord à Montigny l’aboutissement d’un long combat pour mériter une maison de retraite publique dans notre ville. Ce projet, initié il y a une dizaine d’années, ne pouvait voir le jour qu’avec le concours du Département, compétent pour ce type d’équipement. Nous n’avons pas manqué le rendezvous car notre EHPAD sera l’un des derniers à voir le jour dans les Yvelines dans les 15 années qui viennent. Doté de 88 lits, il sera livré en fin d’année au parc du château de la Couldre. La résidence services pour seniors le suivra quelques mois plus tard.
Cette année, le projet de maison pluridisciplinaire de santé, créée par la ville avec les acteurs de la santé, dont l’association des mé- decins des Trois-Villages, sera lancée avec un objectif d’élargir l’offre de soins, et pour une ouverture en 2018 au centre Prévert. Autre livraison en 2017, le second cimetière, en cours de finition sur le site des IV Pavés du Roy, sera livré en début d’année. J’ai voulu qu’il soit au cœur de Montigny, au Village, plutôt qu’en périphérie et près de la ligne de chemin de fer, comme cela fut envisagé. Il a fallu au passage réorganiser un peu l’espace en concertation avec les sportifs, dont le Tennis Club Ignymontain à l’aise dans sa nouvelle halle au centre sportif Coubertin.
Quatre grands projets jalonnent notre programme d’ici 2020. Nous les menons de façon autonome, sans soutien technique ou financier de l’agglomération. Leur financement est assuré, sans rien sacrifier à l’investissement nécessaire par ailleurs sur notre patrimoine. Si tout va bien, nous entamerons la démolition de l’ex-collège Bergson en fin d’année pour préparer la construction du pôle culturel et de plusieurs résidences. Le travail de préparation technique et administrative va se poursuivre pour le futur pôle de petite enfance à ériger sur l’ex-site de l’école Samain à la Sourderie et l’édification de nouveaux logements. Les études vont aussi concerner les sites sportifs La Couldre et Roger Couderc, pour délimiter les futurs pôles football et rugby, et le Club le Village qui sera réhabilité et axé également sur le football en salle.
Par ces choix, nous n’avons pas la volonté d’opérer des investissements démesurés, juste la volonté de répondre au mieux à la demande de nos habitants. Ces quatre projets préparent et adaptent simplement notre ville à son futur, sans ostentation. Nous devions l’anticiper, nous l’avons fait. Si Montigny est attractive, si elle attire les entreprises et de nouveaux habitants, c’est aussi parce que nous faisons énormément d’efforts pour l’entretenir. Ce travail, qui ne s’achève jamais, se réalise au moyen d’un programme d’investissement pluriannuel. Celui-ci nous offre une visibilité sur les quatre prochaines années, il permet aussi d’anticiper les lourdes démarches administratives qui entourent ces projets. En 2017, nous réaliserons ainsi les ravalements du gymnase Ladoumègue et de l’école Charles Péguy. Nous remplacerons le revêtement synthétique du terrain du stade Jean Maréchal et nous poursuivrons nos travaux de mise en accessibilité PMR (personnes à mobilité réduite) de la salle Jacques Brel, du centre sportif Coubertin et des écoles Paul Fort et François Mansart. Sur nos voiries, la ville achèvera prochainement l’aménagement en circulation douce de l’avenue du Parc dans son tronçon ouest, alors que l’agglomération poursuivra le réaménagement de l’avenue Kessel et implantera à la gare une vélostation parfaitement équipée.

Sécurité : la police municipale renforcée

Comme l’ont confirmé récemment les bonnes statistiques du commissariat dans notre ville (voir en page 10), les chiffres de la délinquance restent orientés à la baisse depuis plusieurs années. Ces bons résultats sont imputables aux forces de l’ordre, mais ils sont également dûs à l’action de la ville. Chaque année, nous renforçons notre dispositif de vidéo-protection, souvent en étudiant des demandes de la part des résidents eux-mêmes, pour couvrir des espaces publics dans le but préventif d’y garantir une cohabitation paisible. Les dispositifs initiaux ont également été remplacés au profit de caméras plus modernes qui optimisent le fonctionnement de notre Centre de Surveillance Urbaine (CSU), basé dans les locaux de la Police municipale. Cette politique montre son efficacité, à l’image aussi de notre brigade canine dont on me souligne régulièrement le rôle particulièrement dissuasif sur les interventions.
J’ai néanmoins voulu réaffirmer le rôle de proximité de nos agents, en complémentarité avec la Police nationale. Dans un contexte délicat, en écho au contexte national et à la persistance de l’état d’urgence, j’ai décidé d’armer nos policiers municipaux de pistolets à impulsion électrique. Ce choix en faveur d’un équipement non létal m’apparaît comme un bon compromis et notre réflexion se porte à pré- sent sur l’idée de compléter ce dispositif en équipant les agents de caméras embarquées. Il ne s’agit pas pour nous d’entrer dans une quelconque surenchère d’équipement, nous faisons simplement ces choix sur la base de méthodes et de résultats déjà éprouvés.

Aucune concession sur la qualité des services rendus aux Ignymontains

«Le Conseil municipal a d’ores et déjà adopté le budget primitif 2017 de Montigny, en séance du 12 décembre dernier. Encore une fois, il nous faut continuer d’assumer sur le terrain les conséquences du désengagement de l’Etat vis-à-vis des collectivités locales dans l’Hexagone. Cela nous coûte encore un million d’euros cette année, qu’il nous faut compenser par nous-mêmes. Dans ce contexte, nos actes d’hier nous permettent de rester à l’offensive aujourd’hui. Notre ville éteindra totalement le peu de dette qui lui reste en 2019. Conjugué à notre gestion sans concession, de tous les jours, nous avons encore les capacités de penser notre avenir, ce qui devient une exception dans la plupart des territoires, toutes régions confondues.
Pour la 5e année consécutive, nous avons pu voter un budget dynamique sans avoir à augmenter nos taux d’impôts locaux et pénaliser encore un peu plus les contribuables ignymontains. Notre capacité d’investissement est garantie et gravée dans un programme pluriannuel d’investissement, qui intègre les quatre grands projets phares que j’ai cités précédemment. Ces projets sont tous portés directement par la municipalité et assumés par nos services, ce qui représente une charge inédite dans son ampleur et sa simultanéité. Ils s’échelonneront jusqu’en 2020, voire un peu plus tard en fonction des aléas à craindre sur ces projets au long cours. Mais cet investissement ambitieux, c’est la richesse de Montigny demain.
En matière d’investissement, d’autres aussi agissent à notre bénéfice. L’opérateur SFR a choisi d’investir à Montigny pour les internautes en rachetant le réseau câblé à l’agglomération. Il a d’ores et déjà modernisé l’essentiel de notre ville, en remplaçant le câble par la fibre, pour offrir un débit largement supérieur. Il sera en mesure de lancer ses offres commerciales au 1er semestre 2017.
Aujourd’hui, notre mission quotidienne est de faire fonctionner l’ensemble des prestations publiques proposées par la ville, qui engloutissent bien l’essentiel de notre budget annuel, sans avoir de visibilité sur l’engagement de l’Etat à l’avenir, ni sur les mesures de péré- quation financière qui nous imposent de soutenir aussi financièrement les autres territoires franciliens, dont l’Etat considère que nous devons être les créditeurs. En tâchant de faire toujours mieux avec moins, nous continuons d’assumer dans leur intégralité et leur pleine qualité l’ensemble des prestations municipales, de la petite enfance aux seniors. Nous avons voté des subventions globalement à la hausse en faveur des associations ignymontaines. Nous poursuivons l’entretien de nos équipements publics, des écoles aux gymnases et de nos voiries. C’est de cette qualité générale de la prestation fournie que naît la dynamique collective en faveur de la ville. Bien vivre dans son territoire, c’est en être le premier promoteur. Or, une bonne attractivité séduit ceux, notamment les entreprises, qui nous choisissent, et entrent alors dans ce cercle vertueux en apportant leur contribution, leurs emplois, dans une logique gagnante avec les habitants.

La dynamique commerciale est enclenchée

En matière d’offre commerçante à Montigny, je suis bien sûr très souvent interrogé sur le destin du centre SQY Ouest, dont la Commission départementale d’attribution commerciale (CDAC) vient d’autoriser à l’unanimité le projet axé sur les loisirs et la jeunesse, ce qui va permettre au propriétaire Hammerson d’amorcer enfin son plan de réhabilitation, qui prévoit notamment la création de cellules commerciales de plus grandes tailles. Pourtant, constatons que c’est un peu l’arbre qui cache une bien jolie forêt. Car l’offre de commerces sur notre ville reste quand même d’une abondance exceptionnelle. Chaque quartier dispose de ses centres de proximité. Nous accueillons un centre commercial régional, un multiplexe de 16 salles, un hypermarché et de nombreuses supérettes. Mais nous sommes aussi dans un bassin extrêmement fourni qui vaut à nos commerces de subir une concurrence effrénée. A ce jeu de l’offre marchande, les pouvoirs publics peuvent tenter d’influer en facilitant les démarches, en aménageant l’environnement, mais pas en se substituant à l’initiative privée. C’est ce que nous avons fait par exemple pour SQY Ouest, pour lequel je suis allé défendre l’intérêt du projet d’Hammerson devant la CDAC. C’est ce que nous avons fait aussi dans nos démarches pour permettre la réouverture de la supérette aux Prés, ou relancer le projet de nouvelles enseignes sur la place Etienne Marcel.
L’activité économique sur notre territoire est un facteur majeur de notre dynamisme. En 2017, des promoteurs vont se lancer dans de nouveaux projets, au premier rang desquels une réhabilitation en profondeur de l’immeuble international sur le secteur Gare. Nissan, actuellement dans la zone d’activités du Pas du Lac, s’installera dans son nouveau siège européen à quelques encablures du Vélodrome national. Enfin, je ne voudrais pas conclure sans aborder cet autre enjeu qui donne aussi son ressort à notre ville. En 2017 et dans les années à venir, nous allons encore construire des logements, sous toutes leurs formes, à Montigny. Du logement à acquérir, de manière libre ou aidée, du logement à louer, qu’il soit du domaine social ou privé. Nous ne disposons plus de grandes emprises foncières, mais en plein d’endroits, des résidences s’érigeront encore, comme bientôt au Pas du Lac sur le site de l’ancienne école, comme au Village le long de l’avenue du Manet, comme sur les sites Bergson, Samain, près du Club le Village, sur l’ex-site de la Passerelle au Manet, près de l’école Jules Verne. Même la réhabilitation de l’immeuble international donnera lieu à des offres. Prévoir de nouveaux logements signifie garder un cap, une dynamique de progrès. C’est aussi permettre aux Ignymontains d’aujourd’hui d’élargir leur choix pour un parcours résidentiel dans leur ville.

Je voudrais, pour conclure, souligner cette passion, cette éthique que porte l’exigence d’agir pour le public, pour cette communauté d’habitants. La tâche a ses difficultés. Il faut être imaginatif, porter les bonnes idées. Souvent aussi il faut convaincre, gagner la confiance. Il me semble qu’à Montigny, cette confiance est là. Mais il nous faut toujours la mériter, la nourrir. Notre ville est jugée avec bienveillance, comme un territoire harmonieux qui vit bien. A l’image aussi de cette agglomération saintquentinoise, considérée à juste titre comme l’ex-ville nouvelle la mieux achevée. Comment imaginer il y a quelques années que nous serons, espérons-le, site olympique si le CIO choisit les JO Paris 2024, le 13 septembre prochain à Lima.
Cette réussite est le fruit d’une dynamique commune qui associe chaque jour tous les acteurs qui habitent ou travaillent à Montigny, depuis la naissance de cette ville sur les fondations du village d’antan. Cet état d’esprit, cette ambition, nous en sommes tous les dépositaires. Je veux pour ma part être le garant que cet esprit demeure, que Montigny est et sera la ville qui va bien à chacun d’entre nous.