A l’heure où d’autres territoires subissent la sinistrose, montigny engage de grands projets d’aménagement prévus dans le programme municipal et planifiés dans une programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) présentée lors du dernier conseil municipal. dans un contexte budgétaire difficile pour les collectivités locales,  la bonne gestion municipale et son faible endettement le lui permettent.  

A la lecture des projets d’avenir annoncés et portés par la municipalité lors du conseil municipal du 26 septembre, il souffle comme un petit vent vif de ville nouvelle à Montigny. Celui d’une période d’expansion à rythme accéléré, lorsque les chantiers poussaient comme des champignons aux quatre coins de la ville. 

Cette période-là est révolue, mais lui succède celle du temps d’après, celle des réaménagements structurels, des évolutions, des optimisations. C’est dans cet esprit que la Municipalité a abordé ce mandat municipal, à l’écoute du territoire. La programmation pluriannuelle d’investissement (PPI), présentée en détail par Armelle Aubriet, adjointe au maire chargée des Finances, des Marchés publics et des Systèmes d’information, reflète cette grande ambition. «Ces grands projets visent d’abord à répondre aux besoins des Ignymontains. Ils ont été voulus dans une logique de services publics adaptés et dimensionnés à notre ville. Il faut préciser d’emblée que leur impact sur nos capacités financières ne vient pas pour autant obérer notre capacité à maintenir notre patrimoine actuel à son niveau. Car cette PPI s’inscrit également dans la rénovation permanente de nos équipements scolaires, sociaux, sportifs ou culturels.»

50 millions d’investissement

Montigny s’engage donc à hauteur de 50 millions d’euros, ventilés sur les six exercices budgétaires du mandat municipal, soit jusqu’en 2020, terme du mandat municipal. «La procédure des AP-CP (NDLR : autorisation de programme-crédits de paiement) permet de valider juridiquement le montant total des dépenses par opération et de prévoir les crédits budgétaires sur le bon exercice, en fonction de la planification des travaux de chacun des projets.» Les crédits accordés sur les prochaines années budgétaires pour chacun des grands projets seront à la hausse au fur et à mesure de la réalité du chantier sur le site, de façon à ne pas être mobilisés inutilement.

 

Pas de folie des grandeurs

Mais alors que beaucoup de collectivités locales ne cachent pas leurs difficultés à boucler leur budget, y compris pour faire face aux dépenses courantes et aux services rendus, comment Montigny-le-Bretonneux peut-elle se permettre ce volontarisme sur le plan budgétaire ? «Notre choix est raisonné et ne répond pas à une quelconque folie des grandeurs. Tout d’abord, il faut savoir que notre ville bénéficie aujourd’hui de son très faible taux d’endettement», précise Armelle Aubriet. «Alors que tous les territoires subissent à la fois les baisses de dotations et les mesures de péréquations drastiques de l’Etat, les villes endettées subissent un choc financier tel qu’elles doivent souvent en arriver à sacrifier leurs  projets d’investissement. Ce n’est heureusement pas le cas à Montigny, en particulier parce que nous nous sommes toujours attachés à appliquer une rigueur de gestion dans toutes nos dépenses.» Cette gestion raisonnée s’avère particulièrement opportune lorsque les recettes se raréfient. «Pour l’instant, nos choix de gestion nous permettent déjà de ne pas augmenter la pression fiscale des Ignymontains, malgré ces recettes en berne.» Ces méthodes de gestion offrent aussi de pouvoir encore penser à l’avenir en étant en mesure d’investir pour les besoins de demain.» 

D’abord quatre grands projets

Sur ces 50 millions d’euros engagés par la municipalité sur cette PPI, 31 millions s sont inclus dans la procédure d’autorisation de programme-crédits de paiement pour les quatre opérations principales (voir nos encadrés ci-dessous). Outre l’emprunt de 10 millions d'euros, pour lequel la Ville a opté exclusivement en faveur du projet du conservatoire Bergson, l’équilibre financier se partage entre valorisation immobilière pour trois des quatre projets, mais aussi par des recettes exceptionnelles réalisées depuis 2010, qui constituent une provision disponible de près de 7 millions d'euros  Le reste sera majoritairement financé par un apport de 3 millions d'euros annuels, soit 18 millions s pour l’ensemble du mandat, sur le chapitre des investissements qui s’établit à 5,3 millions d'euros chaque année. 

Si cette PPI recense une grande partie des investissements à venir de la ville, d’autres opérations d’investissements de la ville sur le patrimoine, qui ont trait à l’entretien usuel des voiries et bâtiments, sont inscrites au chapitre traditionnel d’investissement (notre encadré ci-contre à droite).  

La maison pluridisciplinaire de santé encore à venir

Le projet de maison pluridisciplinaire de santé, un nouvel établissement qui s’ajoutera à la maison médicale de garde actuellement installée près de la Police municipale au centre Prévert, est étudié actuellement dans ses diverses composantes avec l’association locale des médecins de ville. L’objectif est notamment de combattre le phénomène de désertification médicale et de se rapprocher de l’université pour favoriser les vocations et les parcours étudiants. Le projet est également inclus dans la PPI pour les exercices futurs. Son site d’affectation à Montigny reste encore à définir dans le meilleur intérêt des médecins. 

 

L’objectif de la PPI : lancer et financer les opérations

Aussi détaillé et argumenté qu’il se caractérise, ce document pluriannuel d’investissement ne sera forcément pas immunisé contre les imprévus, les aléas et les retards potentiels que les différentes phases de ces gros chantiers peuvent ménager. «Dans l’opérationnel, ces grands projets sont portés par les services municipaux et les cabinets d’experts mandatés. Cela représente une logistique très importante, mais aussi des procédures légales extrêmement lourdes qui impliquent les directions des Finances, de la Commande publique et un suivi drastique de la direction des services techniques.» Les phases sont engagées sur les 4 grands projets, et 2017 verra les premiers coups de pelle intervenir sur certains sites.

Novembre 2016

  •  

Le pôle culturel Bergson

C’est le grand projet phare du mandat municipal 2014/2020, et c’est surtout un nouvel établissement haut de gamme qui va être créé au profit des Ignymontains. En 2020, les élèves du conservatoire de musique, installés à l’étroit dans les locaux d’une ancienne école  sur la place Jacques Cœur, y prendront leurs quartiers pour y rejoindre les élèves de l’école municipale de théâtre et les associations de danse. Au plan financier, il s’agit de la seule opération faisant l’objet d’un emprunt (pour 10 Me), qui se justifie dans la mesure où ce projet enrichit le patrimoine communal d’un nouvel équipement.

Le phasage schématique des travaux prévoit la démolition de l’ancien collège Bergson, la construction d’un pôle culturel regroupant le conservatoire de musique, l’école de théâtre et une école de danse.

En parallèle, et pour financer partiellement l’ouvrage, trois programmes de logements en accession libre, en locatif social et en accession sociale seront érigés. Ils engendreront une valorisation immobilière qui rapportera près de 5 Me à la ville. Le chantier prévoit en outre l’aménagement d’une véritable place publique entre le pôle culturel et l’église Saint-Pierre-du-Lac.

Livraison prévue en 2020.


Un pôle Petite Enfance pour l’ex-école Samain

 

 

 

L’aménagement du site de l’ancien groupe scolaire Albert Samain, dont la fermeture était intervenue en 2010, prévoit de réaffecter l’espace à un nouvel équipement dédié au secteur Petite Enfance, intégrant les nouvelles normes d’accueil et regroupant plusieurs espaces : halte-garderie, café des Petits, ainsi qu’une vingtaine de berceaux en crèche collective. 

Le projet implique la démolition complète de l’ancienne école au profit de ce nouveau bâtiment (en bleu ci-contre). Le reste de la parcelle pourra en outre accueillir deux opérations de logements, l’une pavillonnaire sur des parcelles libres, l’autre en accession sociale. Cette valorisation immobilière devrait rapporter environ 2,2 ME à la ville.

Une phase préalable de viabilisation du terrain, y compris les réseaux et les voiries est programmée pour 2017.

Livraison prévue en 2019.


Deux pôles sportifs pour le rugby et le football

 

 

 

Cette opération qui vise à implanter tous les terrains de rugby sur le site Roger Couderc et toute l’activité football sur le site de la Couldre est permise par l’accord de l’Etat d’implanter des terrains sur l’espace gelé initialement pour le prolongement de l’A12, qui n’est désormais plus inscrit au shéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF).

Au stade Roger Couderc sont prévus le remplacement des clôtures et de l’éclairage du terrain d’honneur de rugby (en gazon naturel), la réalisation d’un terrain de rugby sur le terrain de football actuellement stabilisé, ainsi que la réalisation d’un terrain d’entraînement de rugby sur le mini terrain stabilisé existant. Les joueurs devraient bénéficier de ces équipements pour le début de saison 2018/19. En parallèle sera créée une allée piétonne reliant la rue de Cornouailles et l’allée des 7 îles. 

Opérations prévues en 2018

Sur le site de la Couldre est prévue la réalisation d’un 3e terrain de football en gazon synthétique, en lieu et place de l’actuel terrain d’entraînement des rugbymen. En parallèle, la piste d’athlétisme du terrain d’honneur sera réhabilitée.  

Les footballeurs et les athlètes devraient bénéficier de ces équipements pour le début de saison 2019/20. 

Livraisons prévues en 2019


Un futur pour le Club le Village

 

 

Plus qu’une réhabilitation, le Club le Village est à l’aube d’une métamorphose. L’objectif pour cet équipement sportif municipal, dédié particulièrement aux sports de raquette, est de s’adapter à l’évolution des pratiques sportives de loisir, tout en bénéficiant d’une cure générale de rajeunissement. Dans une première phase, l’une des deux halles (celle à gauche ci-dessus) sera démolie au profit de nouveaux logements. Le transfert des activités tennis et pétanque sera alors intervenu sur le site du centre sportif Coubertin.  La 2e halle (ci-dessus à droite) accueillera une activité football en salle, alors que les deux terrains de tennis extérieurs seront couverts, sur le modèle de ceux du centre Coubertin. 

Sont prévus la remise aux normes et l’amélioration du bâtiment en termes d’accessibilité et de performances énergétiques, la rénovation et l’aménagement intérieur et l’aménagement des espaces extérieurs. La Municipalité étudie une gestion de l’équipement, une fois réhabilité, en délégation de service public. La valorisation immobilière permettant de livrer quelques logements sur l’espace de la (future) ex-halle rapportera 1,7 millions d'euros. 

Livraison prévue en 2019. 


Les autres projets inclus dans la PPI

2017 ____________________ 

  Mise en accessibilité PMR (*) de la salle Jacques Brel, des groupes scolaires Paul Fort et François Mansart, du centre sportif Coubertin

  Ravalement du gymnase Ladoumègue et remplacement du synthétique du stade Jean Maréchal

Ravalement de l’école Charles Péguy

Ravalement du gymnase Ladoumègue

Restructuration des sites du Pas du Lac

2018 ____________________  

  Mise en accessibilité PMR des gymnases Roger Couderc et Alain Colas, de l’école et des locaux Erik Satie, des groupes scolaires André Chénier et Charles Péguy

  Réhabilitation de la place André Malraux

2019 ____________________  

  Mise en accessibilité PMR (*) de l’auberge du Manet, du groupe scolaire Paul     

   Verlaine, de l’ALSH du Manet

  Réhabilitation du square du Petit Prince au quartier Saint-Quentin

Réfection de la maison de quartier Malraux

  Réhabilitation du square du Petit Prince au quartier Saint-Quentin

Ravalements de la crèche Comtesse de Ségur et du centre sportif Coubertin 

2020 ____________________  

 Mise en accessibilité PMR du Conservatoire des Arts, du centre aquatique du Lac, des groupes scolaires Les Prés, Arthur Rimbaud, Les Iris, Le Poirier-Saint-Martin et Jules Verne, du gymnase Jean Maréchal.    

Ces délais restent estimatifs.

(*) Personnes à mobilité réduite