Site Samain à la Sourderie : Un nouveau projet tourné vers l'avenir

Le début de la déconstruction de l’ancien groupe scolaire Albert Samain  a officiellement lancé un nouveau projet d’envergure dans le quartier de la Sourderie. Ce chantier aboutira à terme à la création de nouveaux logements et d’un pôle petite enfance flambant neuf.


Déjà dotée d’un patrimoine public que beaucoup de villes lui envient, notamment en termes d’infrastructures sportives, scolaires, culturelles ou dédiées à la petite enfance, la ville de Montigny garde l’ambition d’offrir à ses administrés un service public le plus qualitatif possible. Le quartier de la Sourderie illustre actuellement parfaitement cette politique volontariste menée par la municipalité, avec le chantier en cours du futur pôle culturel de la ville sur le terrain de l’ancien collège et le lancement des grandes manœuvres sur le site de l’ancien groupe scolaire Albert Samain, qui verra notamment à terme la construction du nouveau pôle petite enfance de la ville. 

«Cette nouvelle structure abritera une crèche et un ram»

«Réputée de longue date pour la qualité de sa politique menée envers la petite enfance et des moyens mis à disposition en ce sens, la Ville compte bien rester exemplaire dans le domaine. Nous avons donc pris la décision de construire un pôle Petite enfance, qui devrait ouvrir ses portes au printemps 2020 et qui offrira un cadre d’accueil grandement amélioré pour les enfants, parents et le personnel communal du secteur. Cette nouvelle structure abritera ainsi une crèche, plus précisément un multi-accueil, une crèche proposant de l’accueil régulier et de l’accueil occasionnel, ainsi qu’un RAM (Relais assistantes maternelles)», explique le maire Jean-Luc Ourgaud. En parallèle, un programme immobilier mêlant logements individuels et logements collectifs occupera l’autre partie de la parcelle de terrain occupée jusqu’à aujourd’hui par l’ancien groupe scolaire (voir ci-dessous).

«Ces constructions respecteront les volumétries existantes»

«Notre volonté a été d’offrir une réponse à l’importante demande de logements sur la ville et de permettre à différents publics d’y accéder. En outre, je tiens à rassurer les riverains du secteur. Toutes ces constructions, aussi bien l’équipement public que les logements, respecteront les volumétries existantes, notamment en termes de hauteur. De plus, nous avons exigé que ces nouveaux bâtiments épousent l’harmonie architecturale du quartier», insiste le maire.

«Un investissement possible grâce à une gestion rigoureuse»

Comme pour le projet lancé sur le site prévoyant la construction du futur pôle culturel de la ville, le financement du pôle Petite enfance sera entièrement pris en charge par la commune, soit 2,72 Me HT (hors taxes) auxquels s’ajoutent 240.000e pour la déconstruction du groupe scolaire Samain. «Cet investissement est possible grâce à la gestion financière rigoureuse de la ville tout au long de ces dernières années. En outre, la commune étant propriétaire du terrain occupé par le groupe scolaire, le coût global de ce projet sera en très grande partie amorti par la vente de la parcelle de terrain dédiée à la construction des logements. Cette opération rapportera environ 2,4 Me à la Ville».  En parallèle, le maire Jean-Luc Ourgaud a également sollicité plusieurs subventions auprès du Conseil départemental des Yvelines et de la CAF (Caisse d’allocations familiales) qui pourraient, à terme, encore alléger la note.
01 39 30 31 00 (direction des services techniques).

 

 

 

 

35 logements, en accession libre ou sociale

Outre la création du futur pôle petite enfance, 21 maisons en accession libre et 14 logements dédiés au locatif social sortiront de terre sur le site à l’horizon du 2e semestre 2021.


Sur les quelque 10.000 m2 que compte la parcelle de terrain sur laquelle est implantée l’ancien groupe scolaire Samain, 2400 m2 seront dédiés à la création du futur pôle Petite enfance de la ville. La surface restante accueillera la construction d’un programme immobilier composé de 21 maisons (T4 et T5) en accession libre (parcelles oranges sur le plan ci-contre, 13 maisons sur la parcelle 1 et 8 maisons sur la parcelle 2) et d’un ensemble qui mettra à disposition 14 appartements en locatif social, allant du T1 au T5 (parcelle verte sur le plan). Précisons que pour toutes ces réalisations, les promoteurs devront répondre à un cahier des charges extrêmement précis (notamment une hauteur maximale de 9m), ce qui permettra au quartier de garder sa personnalité, à l’image de tout ce qui a été fait à Montigny auparavant.

Consultation lancée au cours de ce 4e trimestre 2018

En parallèle de la déconstruction de l’ancien groupe scolaire qui a débuté en ce mois de septembre, la consultation qui sera lancée au cours de ce 4e trimestre 2018 permettra à la municipalité de choisir le promoteur et le bailleur social qui seront en charge de la réalisation de ces logements. «Si tout se passe comme prévu, le dépôt du permis de construire au cours de l’année 2019 permettra aux travaux de débuter début 2020», précise Alain Junès, adjoint au maire délégué à l’Urbanisme. D’une durée évaluée de 18 à 24 mois,  ils devraient permettre la livraison de ces 35 logements au cours du 2e semestre 2021. En outre, pour les desservir, le projet prévoit également la création d’une nouvelle rue (en blanc ci-dessus). Elle reliera ainsi les rues de Chambéry et de la Maurienne.

01 39 30 31 60 (service Urbanisme)

La déconstruction de l’ex-groupe scolaire a débuté

L’ex-groupe scolaire Albert Samain.

La déconstruction du groupe scolaire A. Samain a débuté le 6 septembre dernier par la phase de curage, qui consiste à désosser l’intérieur du bâtiment (faux-plafonds, portes, revêtements de sol...). A ce titre, 80% à 90% des matériaux collectés sur le chantier seront recyclés par l’entreprise Veolia, en charge de l’opération. S’en suivra la démolition du bâtiment à partir du mois d’octobre qui prendra fin au cours du mois de décembre. Précisons que de nombreuses précautions seront prises par l’agence, en concertation avec la Ville, pour limiter au maximum les nuisances occasionnées par le chantier. «Concernant les nuisances sonores et vibrationnelles, l’entreprise utilisera bien entendu du matériel de chantier en conformité avec la réglementation, tandis que la partie du bâtiment en mitoyenneté avec les habitations alentour sera détruite manuellement, et non par l’intermédiaire d’engins», précise Jean-Pierre Pluyaud, adjoint au maire délégué aux Travaux. Enfin, pour limiter les soulèvements de poussières et la pollution de l’air, une limitation de vitesse des engins sera imposée sur les zones de travaux et de circulation. Par ailleurs, ces zones seront régulièrement arrosées pour limiter l’envol des particules.

«Un nouvel équipement de 36 berceaux pour la commune»

Le nouveau pôle petite enfance ouvrira ses portes au printemps 2020. Il abritera un multi-accueil de 36 berceaux et un relais assistantes maternelles.


Programmé pour cet automne, le dépôt du permis de construire du pôle Petite enfance lance officiellement ce projet pensé de longue date par la municipalité. Cette nouvelle structure, qui accueillera ses premiers enfants au cours du printemps 2020, accueillera 2 services à la population. «Au rez-de-chaussée, un multi-accueil dédié à l’accueil régulier et occasionnel, mettra à disposition 36 berceaux sur toute la journée. Au premier étage, un RAM (Relais assistantes maternelles) permettra de recevoir les assistantes maternelles ignymontaines du secteur libre, ainsi que les familles les employant. Cette proximité entre les 2 structures permettra un échange entre professionnels du secteur pour une véritable synergie. Un tel lieu d’échanges et de rencontres contribue à affiner notre connaissance du territoire et les besoins de la population», explique Catherine Bastoni, adjointe au maire déléguée à la Petite enfance.

Le confort des enfants privilégié

La création de ce pôle Petite enfance entraînera à terme une transformation des locaux occupés actuellement par le multi-accueil l’Eglantine (quartier de la Sourderie), d’une capacité d’accueil de 20 berceaux. «En prenant en compte cette fermeture, l’ouverture du pôle Petite enfance permettra donc de mettre 16 berceaux de plus à disposition de la population sur le territoire communal. Montigny en compte déjà 429 à ce jour, en comprenant les crèches familiales et collectives, ainsi que les multi-accueils. Cela améliorera encore notre taux de couverture total sur le territoire, qui est de 71%, en intégrant également les berceaux des assistantes maternelles du secteur libre et des crèches privées. Il faut savoir qu’il est de 56% en moyenne sur le département, ce qui illustre à quel point la ville est performante sur le sujet», souligne l’élue. Ce Pôle petite enfance mettra surtout à disposition des enfants des espaces intérieurs et extérieurs offrant un confort optimal aux enfants le fréquentant. «Des dortoirs plus cocooning, scindés en 2 par rapport aux dortoirs classiques, leur offriront notamment plus de calme pour se reposer. Nous avons par ailleurs tenu à mettre en place une gestion des circulations adaptée, notamment pour les poussettes et autres trotteurs, et à développer une modularité des espaces». A titre d’exemple, grâce à un système de cloisons mobiles, la salle polyvalente du rez-de-chaussée pourra être le théâtre d’événements collectifs ou accueillir des activités en plus petits groupes dans des espaces plus réduits. Outre cette salle qui pourra être utilisée par le multi-accueil comme par le RAM, précisons que le rez-de-chaussée sera composé de 2 unités de 18 berceaux chacune, de différents espaces de service (buanderies, zone administrative, zone de restauration...) et d’un hall qui permettra d’accéder aux 2 structures. «Pour une sécurité optimale, un contrôle d’accès sera mis en place pour entrer dans le hall, puis un second pour accéder au multi-accueil ou au RAM. Le 1er étage sera bien sûr accessible via un ascenseur, notamment pour les poussettes et personnes à mobilité réduite.

Des espaces extérieurs adaptés

Le public accueilli nécessitant bien sûr de prévoir des espaces extérieurs adaptés, la municipalité a donc mis l’accent sur cet aspect. Les enfants du multi-accueil auront ainsi un espace d’environ 300 m2 à leur disposition, un aménagement paysager préservant leur intimité par rapport aux abords de la structure. En outre, des zones au sol composées de différentes textures (souples, rigides, végétalisées) et une partie potager seront implantées.  à l’étage, les enfants fréquentant le RAM pourront jouer sur une terrasse extérieure sécurisée d’environ 90 m2. Côté parking, les stationnements implantés actuellement sur les rues de la Maurienne et de Chambéry seront maintenus, tandis qu’un parking de 10 places sera créé sur la parcelle du pôle Petite enfance pour accueillir les parents lorsqu’ils déposeront leur(s) enfant(s) et ainsi limiter au maximum la gêne pour les riverains. En complément, un parking de 20 places pour le personnel est prévu au sous-sol du bâtiment. «Je tiens également à souligner que cette structure a été pensée pour être la plus respectueuse possible de l‘environnement, notamment en termes de végétalisation des espaces extérieurs, mais aussi d’isolation thermique et d’orientation du bâtiment. Les ouvertures et les brise-soleil ont été pensés pour permettre aux rayons du soleil d’entrer en hiver lorsque le soleil est bas et pour ne pas entrer en été lorsqu’il est haut. Cela apportera donc de la chaleur en hiver sans surchauffe l’été.»

01 39 30 30 50 (service Petite enfance)