A l'aube de la Ville NouvelleAprès la guerre, la vie reprend son cours au village, qui se développe et accueille de nouveaux habitants. De 500 en 1947, ils passent à 1300 en 1970. Mais l'agriculture n'est plus le moteur de cette croissance. Au contraire, la mécanisation des travaux agricoles réduit les effectifs à la ferme du Manet qui ne compte plus que 13 travailleurs permanents contre 34 au début du siècle. D'autres activités émergent. En 1965, Montigny accueille des ouvriers de la gare de Trappes et des postiers. Le premier lotissement d'une soixantaine de logements, "Simmontigny", est construit autour de l'église. Cette année là également, Perrier installe son usine d'embouteillage. En 1969, un nouveau lotissement, "Le Village Saint-Martin", est construit. Il précède la mutation profonde qui s'engage pour Montigny avec l'arrivée de la Ville Nouvelle.

Après guerre, l'histoire contemporaine de la commune reflète celle d'un petit village traditionnel  de la campagne francilienne, voué naturellement à l'agriculture sur les "meilleures terres à blé de France". L'éclosion de la ville nouvelle dans les années 70 déclenche véritablement la métamorphose (la mort ?) du village de Montigny-le-Bretonneux. 340 habitants en 1900, 1292 en 1970, puis soudain 10063 en 1980.