Guerres et entre deux guerresComme ailleurs, Montigny a payé un lourd tribut à la Première Guerre mondiale. Vingt-six hommes périront. Les hommes au front, ce sont les femmes et les enfants qui les remplacent tant bien que mal aux travaux des champs. On note peu de bouleversements dans l'organisation sociale et dans le paysage de la commune entre les deux guerres. La ferme du Manet appartient toujours aux descendants de la famille Notta. Comme les fermiers qui l'ont précédé, l'exploitant de la ferme Marcel Renard est élu à la tête de la municipalité. Lors de la Seconde Guerre mondiale, trente hommes sont faits prisonniers en Allemagne. Les allemands réquisitionnent et occupent la ferme et le château de Montigny pour loger notamment les aviateurs basés sur l'aérodrome de Voisins/Guyancourt. Les bombardements éprouvent régulièrement les villageois. Le champ d'aviation et la gare de triage de Trappes constituent des cibles privilégiées, d'abord des allemands, puis de l'aviation alliée. Le 6 mars 1944, plusieurs maisons sont rasées, d'autres endommagées. Les toits de l'église et de l'école sont soufflés. Les bombardements de juin 1944 détruisent la gare de Trappes et une partie de la ville. Les réfugiés qui affluent sont accueillis dans le château de Montigny. Enfin, les alliés, notamment la 2e Division blindée commandée par le Général Leclerc, entre dans le village le 24 août 1944.