UN BUDGET VOLONTARISTE

Faire le dos rond par vent fort, sans jamais perdre le cap à l’esprit, c’est un peu la philosophie qui caractérisera cette année encore le budget global de la ville, adopté le 14 décembre dernier en séance du Conseil municipal. C’est en tout cas le sens des paroles qu’Armelle Aubriet, adjoint au maire en charge des Finances, a distillé au fil d’une présentation pédagogique, argumentée par forces diagrammes, abscisses et ordonnées.

Graph_BudgetGlobal_Ville

Il en ressort que le contexte pour les recettes de la ville n’est pas au beau fixe, en particulier par la baisse récurrente de la dotation de l’Etat (qui affecte toutes les collectivités territoriales). Cette baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) ampute le budget communal de 1,16 million €, soit une évolution de -20% par rapport à 2015. Depuis 2012, cette baisse de la DGF pour la ville se cumule à 3,1 millions €, soit une réduction de 6,3 millions € sur la période 2012-2016. De plus, cette année encore, la ville doit se priver de 1,64 millions € au titre du FSRIF (le fonds de solidarité entre villes franciliennes).

Graph_Fonctionnement_Ville

Face à cette situation, qui conduit certaines villes a des cures drastiques et affecte la qualité des services publics, Montigny fait face et sort ses atouts. «Notre engagement reste cette année encore de maintenir tous les services ouverts aux Ignymontains sans augmenter notre part des taux d’imposition. Nous sommes toujours parvenus à maintenir un niveau d’endettement adapté (NDLR : voir notre encadré ci-contre). Notre volonté, c’est d’emprunter uniquement pour construire de nouveaux équipements», rappelle Armelle Aubriet. De même, les efforts de gestion renouvelés permettent à Montigny de garder des marges de manœuvre là où d’autres sont exsangues.

IMPOSITION : MAINTIEN DES TAUX


Le budget 2016 prévoit un maintien des taux des trois taxes locales (taxe d’habitation, taxe sur le foncier bâti et taxe sur le foncier non bâti), en tenant compte d’une hausse des bases de 0,5% décidée par le Parlement, ce qui porte le produit à 23,3 millions €.

Tableau_Taux

 

DETTE : «LA PLUS EXEMPLAIRE» SELON LE JOURNAL LE PARISIEN

Dans son édition yvelinoise du 18 décembre, le quotidien Le Parisien revient sur les finances des communes sous l’angle de l’endettement. L’étude évoquée recense les villes de plus de 20.000 habitants en dressant un classement des villes basé en particulier sur la dette par habitant et le temps de remboursement.

67€ par habitant, meilleure élève des villes des Yvelines
«La commune de plus de 20.000 habitants la plus exemplaire dans ce domaine est Montigny-le-Bretonneux, avec seulement 67€ par habitant», indique le quotidien dans son analyse. Ce chiffre s’explique en partie par la prise en charge, par le passé, de dépenses d’investissement en faveur des communes par l’agglomération (soit environ 1000€ par habitant). Néanmoins, il reste loin des 2860€ pesant sur la tête des habitants des Mureaux, ou même des 1129€ de ceux de Trappes, qui se trouve elle aussi dans l’agglomération de Saint-Quentin.