Groupe “Montigny Ensemble”

UNE PAUSE ACTIVE ET SOLIDAIRE

La dernière sonnerie des cloches a retenti dans les écoles an-nonçant la pause estivale. Une pause qui sera sans doute ac-tive, pour se retrouver, découvrir ou redécouvrir les plaisirs de jouer, de lire dans les médiathèques, d’écouter des concerts, de s’émerveiller autour d’un feu d’artifice, bref, vivre en toute liberté. Siroter une boisson sur une terrasse, se balader (à pied, en vélo, en trottinette) dans les ruelles fleuries de la ville où à l’île de loisirs, trouver des produits locaux au marché de Montigny et autour de son carré de convivialité, se rafraîchir à « Eté en-semble » avec les structures aquatiques… nous vous accompa-gnons avec un programme riche pour petits et grands. Ce cocktail estival a été conçu pour ne pas délaisser le terrain et avoir une attention pour tous. Nous resterons, évidemment, attentifs pendant tout l’été notamment à ceux qui ne pourront partir en vacances et nous maintiendrons la chaîne de solida-rité. En effet, la période estivale peut aussi rimer avec solitude so-ciale pour certains, mais le CCAS est là pour garder le contact et le lien avec les citoyens, notamment en cas de pics de cani-cule. Pour ceux qui quittent Montigny pendant cette période, pensez à vous inscrire au dispositif « Opération tranquillité Vacances » pour que les agents de la Police municipale surveillent votre bien immobilier pendant votre absence et éviter ainsi les mau-vaises surprises à votre retour. 
Pour tous les jeunes qui n’ont pas la chance de partir en congé pour diverses raisons, heureusement la DIRE leur propose des sorties pour permettre à certains de découvrir le plaisir de fou-ler le sable et de voir la mer, ou bien tout simplement de vivre en collectivité. La respiration estivale qui s’annonce est l’occasion de profi-ter encore d’avantage de vos proches, de vous ressourcer en famille ou entre amis.  L’équipe de Montigny Ensemble vous souhaite un été riche de rencontres et de convivialité, l’occa-sion notamment de découvrir ou redécouvrir les richesses na-turelles et patrimoniales de notre beau pays. 
Très bel été à toutes et tous, au plaisir de vous retrouver à la rentrée, riches de belles festivités.

Groupe AIMES

ENSEMBLE, VRAIMENT ?

Comme chaque été depuis plusieurs années, la mairie orga-nise un évènement au fil de l’été qui donne à la ville un air de vacances. C’est l’occasion pour tout un chacun de prendre une pause et, cette année particulièrement, de se retrouver, de vivre ensemble. D’ailleurs, faute de sable pour raisons sanitaires, la majorité « Montigny Ensemble » a décidé de renommer l’« été en sable » en « été ensemble ». Espérons que cela ne devienne pas une habitude. Pour AIMES, être « ensemble » c’est créer du lien social, parta-ger, faire à plusieurs, s’enrichir, etc., sans prêter attention au lieu de résidence des autres. La majorité en a une autre définition et a choisi de maintenir la restriction d’accès aux seuls Igny-montains et Ignymontaines. Sous couvert de mieux contrôler l’accès pour éviter la surfréquentation et le refus d’accès aux ignymontains, le « ensemble » devient « entre-soi ». Même nos voisins de Guyancourt et Voisins, qui fréquentent les mêmes établissements scolaires ou extra-scolaires, ne pourront pas y accéder sans être invités par un résident ignymontain. Ce qui pouvait être un lieu de rassemblement spontané devient une machinerie administrative où nous devons montrer patte blanche pour entrer : carte d’identité, justificatif de domicile et livret de famille. Nous comprenons le souci de préserver un accès prioritaire aux Ignymontains, mais il y avait bien d’autres solutions : réser-ver une journée par semaine aux Ignymontains par exemple. La limitation d’accès pourrait être étendue à l’agglomération parce que cette échelle est devenue plus pertinente aujourd’hui, sur-tout à côté d’une piscine intercommunale. 
Plutôt que de se renfermer sur nous-mêmes et de rester dans cet « entre-soi », élargissons notre horizon ! Nous pourrions mo-biliser des associations, des acteurs culturels de la commune et au-delà, pour animer notre ville, leur permettre de profiter d’un espace en plein air pour se produire et faire bénéficier les spec-tateurs ignymontains de leurs musiques, de leurs arts de rue, …Sortons de cet entre-soi, qui nous a pesé lors de ces confine-ments, pour nous ouvrir à la richesse de l’autre. Montigny mérite mieux ! 

AIMES – Alternative IgnyMontaine Ecologique et Solidaire
V. GASQ, C. SCAO, F. ANDRE, S. TESSE et G. BEURIOT
Nouveau site : aimes78.fr

 

Groupe Montigny Solidarité

     DÉMOCRATIE SOUS CONTRÔLE

Récemment, les habitants et habitantes de Montigny le Bretonneux, ont pu observer, la disparition des panneaux d’affichage dit « libre », et leur remplacement par d’autres. Opération de renouveau parfois indispensable. Mais... Mais les nouveaux sont moins nombreux et de plus petite taille. Dom-mage pour la « liberté ». On peut comprendre qu’à cause de travaux, un ou deux ne soient pas de retour. Le seront-ils ? Mais là où il n’y a pas de travaux, pourquoi n’ont-ils pas été remis en place ?Probablement, la surface proposée est conforme à la loi qui en im-pose un minimum. Rien n’empêche de faire mieux. Alors que sur d’autres sujets on nous vante des réalisations dépassant le minimum légal, pourquoi ne pas favoriser la libre expression permanente ? Les 20 et 27 juin, se sont déroulées les élections départementales et régionales. Compte-tenu des délais de réalisation, cette tribune est écrite entre les deux tours.
Comme prévu, le premier tour a été marqué par une abstention re-cord. Comme prévu ? Ou comme organisé ?
Il est trop facile de rendre responsable de l’affaiblissement de la démocratie, les citoyens qui ne se sont pas rendus aux urnes. C’est confondre les causes et les conséquences, car l’abstention est, bien souvent, un acte politique. A tort ou à raison, ils n’ont pas trouvé les options de leur choix, n’ont pas confiance ou pensent que leur opi-nion n’est pas respectée. De plus, dans le cas de ces élections, tout a été fait pour découra-ger le débat et la participation. Date tardive, fin juin, au plus près des congés d’été ; mainmise de la droite la plus dure sur le système audio-visuel ; non-distribution des documents programmatiques, y compris des bulletins de vote, dans beaucoup d’endroits ; exagération du risque sanitaire (il y a quand même moins de monde dans les bureaux de vote que dans une rame de métro ou un supermarché). On aurait voulu minimiser l’impact de ces élections que le pouvoir ne s’y serait pas pris autrement. Sans oublier la personnalisation mise en avant au détriment des argu-ments de fond. Comme si le choix devait se faire « à la tête du client ». Peu importe le candidat ou la candidate. L’essentiel est de choisir en commun les choses à réaliser. Les élus sont là pour mettre en applica-tion les décisions communes. Il y a environ 2500 ans, le philosophe grec Aristote définissait l’Homme comme un « animal politique », c’est à dire capable et ayant la volonté de choisir son destin et le modèle de société dans laquelle il souhaite vivre. Encore faut-il lui en laisser les moyens !

Montigny Solidarité
p.dejean@montigny78.fr