Groupe “Montigny Ensemble”

LES EFFORTS PAYENT

Il n’y a pas un jour et un secteur d’activité où l’on n’entend pas parler des prix qui s’affolent avec des augmentations aléatoires. En pleine crise du pouvoir d’achat dans un contexte à tendance inflationniste, une perspective stable semble illusoire. Pour autant, à Montigny-le-Bretonneux, malgré les hausses des coûts, nous n’avons pas augmenté les taux d’imposition. Cette prouesse est possible par une gestion rigoureuse, prévisionniste et un souci de mutualisation et d’optimisation.

Toutefois les hausses successives de l’ensemble de nos charges (coûts des matières premières, de l’énergie, etc.) impactent, in fine, le service public. De ce contexte et dans un souci de bonne gestion des deniers publics, Montigny Ensemble se retrouve contraint de faire le choix de répercuter, en partie seulement, ces diverses augmentations dans la nouvelle tarification 2022-2023.

Évidemment, nous aurions préféré maintenir une tarification sans hausse, mais la politique c’est aussi assumer, en responsabilité, une situation complexe. Il ne suffit pas de vouloir, mais surtout de pouvoir. La réalité qui s’impose à nous est délicate, elle requiert avant tout du pragmatisme. Ainsi, la doctrine qui a guidé la proposition de la nouvelle grille tarifaire s’articule autour des principes suivants : une augmentation modérée des tarifs (inférieure à l’inflation) et une différenciation en fonction de certains secteurs d’activité. Notre boussole pour définir les tarifs ne se limite pas à une logique uniquement et purement comptable. La Ville assume donc une prise en charge importante de ces charges avec une répercussion relative du coût pour l’usager.

Ainsi, il est donc envisagé une revalorisation moyenne de l’ensemble des tarifs à la hausse de +2,5% (hausse inférieure à la moyenne prévisionnelle de l’inflation qui oscille autour de +4%).

Afin de tenir compte de la hausse spécifique constatée sur les denrées alimentaires, il est proposé d’augmenter le tarif des repas de restauration scolaire de +5% au 1er septembre. Concrètement, cette augmentation modérée représente pour un enfant qui prend 4 repas par semaine en restauration collective, un coût supplémentaire qui évolue de 2€ à moins de 10€ par mois, en fonction du quotient familial.

Par ailleurs, les tarifs du centre aquatique du Lac sont également revalorisés à hauteur de +5 %, afin de proposer une grille tarifaire cohérente par rapport aux établissements aquatiques similaires dans un rayon de 10 km.

Toutefois, la ville reste toujours vigilante pour accompagner au mieux les plus fragiles qui sont aussi impactés par l’augmentation du coût de la vie. C’est pourquoi, les dispositifs comme la Boutique alimentaire sont sanctuarisés. De plus, nos investissements réguliers pour améliorer l’isolation thermique de nos bâtiments, permet de réduire l’impact de l’augmentation du coût de l’énergie. C’est donc d’abord par des actions concrètes de la Ville que l’on arrive à créer un véritable bouclier budgétaire, pour lutter contre des hausses incessantes.

Le groupe Montigny Ensemble

Groupe AIMES

MONTIGNY BRÛLERA-T-ELLE ?

Le mois de juin qui vient de se terminer est le plus chaud jamais enregistré. Partout en France des records de chaleur ont été battus. Au vu de l’inaction de nos dirigeants actuels, qu’ils soient à la tête du pays, des différents échelons locaux ou des grandes entreprises, ces records deviendront monnaie courante les années à venir.

Chacune et chacun a pu ressentir cette chaleur chez soi, mais nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne selon l’isolation de notre habitation et selon le quartier où nous vivons. Nos villes en général, et Montigny en particulier, n’ont pas été conçues pour de telles chaleurs. Le manque de végétaux, l’artificialisation des sols et le bétonnage à outrance créent des îlots de chaleur. Localement dans les centres urbains, la température est plus élevée que dans les zones rurales ou forestières voisines. Par exemple, il a fait 35°C à l’ombre sur la place Georges Pompidou le 18 mai alors qu’il faisait 27°C allée des Épines dans le quartier des Prés, qui est très arboré. Ce phénomène est aujourd’hui bien connu, et, si la cause en est l’urbanisme, la solution sera aussi l’urbanisme ! Pour l’atténuer, il faut créer des îlots de fraîcheur dans les villes. Cela passe par peindre les toits terrasses en couleurs claires, végétaliser, désartificialiser les sols, conserver les arbres existants.

Sachant cela, comment ne pas être dubitatifs devant les choix récents faits par la mairie ? Les derniers projets achevés, notamment la place devant la maison de quartier André Malraux est un parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire ! La mairie nous dit que la surface végétale a augmenté. Mais elle est insuffisante et aucun arbre n’a été planté sur le parking ! C’est le cas aussi de la place Arnaud Beltrame, très minérale, où déjà, lors de l’inauguration du Forum des arts fin mars, nous avions très chaud. Et que dire du parc du bateau pirate (juste à côté du Forum des arts) qui s’est vu amputé de toute une partie végétale et arborée pour en faire un parking ? Que penser lorsqu’en avril 2022, la quasi-totalité des élus de la majorité ont a voté pour une modification du PLUI, qui ouvre l’espace naturel du Bois Mouton (quartier du Pas du Lac) à l’urbanisation ?

L’écologie et la prise en compte de l’urgence climatique ne peuvent plus s’arrêter à la publication de beaux rapports. Le gouvernement s’empare enfin mais timidement du sujet en débloquant une enveloppe de 500 millions d’euros afin d’accompagner les villes dans la création d’îlots de fraîcheur. La majorité municipale va-t-elle saisir cette opportunité pour agir sur ce sujet d’une importance capitale pour la planète et pour le bien-être des Ignymontains, notamment les plus fragiles d’entre nous face aux fortes chaleurs ?

Vivien GASQ, Caroline SCAO, François ANDRÉ, Sonia TESSÉ et Guillaume BEURIOT

Retrouvez une tribune enrichie sur notre site : aimes78.fr

Groupe Montigny Solidarité

LA ROUTE DE L’HISTOIRE

Encore une fois, bravo aux Ignymontain(e)s qui, avec une participation aux environs de 9 points supérieure au niveau national, aussi bien au premier qu’au second tour, sont venus voter pour les élections législatives. Quel que soit le bulletin choisi, la démocratie ne fonctionne qu’avec des citoyens engagés.

Cela ne signifie nullement que toutes les opinions se valent, loin de là! Seulement que c’est dans le fracas des idées, clairement exprimées, que l’on construit un monde de paix et fraternel.

Malgré des résultats parfois difficiles à lire, on peut dire que la politique, au sens noble du terme, a refait surface. La Gauche et la Droite se redessinent, mettant fin (nous l’espérons) à l’usurpation de la démocratie par un parti présidentiel prétendant être l’un et l’autre «en même temps». Nous pouvons parfaitement être en désaccord et nous respecter, mais seule la parole libre le permet.

Lorsqu’il n’y a pas cette liberté, c’est la violence qui s’exprime. Avec son corollaire, lorsqu’il y a violence il n’y a pas de liberté.

De fait, que ce soit par ignorance, par incompétence, par volonté ou autre, les cinq ans qui viennent de s’écouler ont été marqués par la violence psychique et physique. La main mise sur les grands organes de presse, le grand débat bidon, l’entrave aux manifestations par la technique du « nassage », les manifestants mutilés, le ministre de l’intérieur trouvant la candidate RN « trop molle » n’en sont que quelques exemples.

Même politique au plan international, avec la suppression annoncée du corps diplomatique. S’il n’y a plus de diplomatie, que reste-t-il pour (tenter de) régler les conflits, sinon la guerre ? La foudre jupitérienne en était-elle les prémices ?

La déroute, même partielle, du parti présidentiel est donc une bonne chose. « Montigny-Solidarité » y a pris sa place et nous allons continuer, comme d’autres ailleurs. La Gauche, au sens historique, tel que ce terme s’est constitué politiquement au moment de la Révolution Française, s’est rassemblée sous l’étiquette NUPES, intégrant à la question sociale, la question écologique qui n’était pas connue, il y a plus de deux siècles.

Bien que constitué avant (Cf. notre tribune de juin), « Montigny-Solidarité » s’inscrit dans cette démarche. Nous sommes le pôle du rassemblement à gauche. Ceux et celles qui se reconnaissent dans cette conception politique sont les bienvenu(e)s.

Rejoignez-nous.

Montigny Solidarité - contact@montigny-solidarite.fr

p.dejean@montigny78.fr - c.roze@montigny78.fr