AU TERME D’UNE ANNÉE ÉPROUVANTE, LE MAIRE DE MONTIGNY, LORRAIN MERCKAERT, REVIENT SUR LA SITUATION DANS NOTRE COMMUNE, MAIS AUSSI SUR LES PERSPECTIVES QUI SE DESSINENT POUR UNE ANNÉE 2021 QU’IL VEUT CONSIDÉRER DE MANIÈRE OPTIMISTE, COMME L’ANNÉE DE NOUVELLES DYNAMIQUES.

 

Sept mois après son élection et l’arrivée d’une équipe largement renouvelée au Conseil municipal, Lorrain Merckaert, le maire de Montigny-le-Bretonneux, a pris la barre dans un contexte singulier, attentif à la crise sanitaire mais également engagé à démarrer son projet municipal. Cet été, il est aussi devenu le 1er vice-président de l’inter-communalité de Saint-Quentin-en-Yvelines, en charge notamment des grands dossiers structurants de l’aménagement de l’agglo-mération, dont Montigny incarne la centralité majeure du territoire par son hypercentre. Si cette crise inédite conduit la Municipalité et son administration à faire appliquer les directives fixées par l’État, en devant adap-ter en permanence ses services, les grands contours du projet municipal 2020/2026 s’esquissent également. Concertation ci-toyenne, cadre de vie et transition environnementale, logement sont des mots-clés qui caractérisent déjà les débats du Conseil municipal et les premières orientations mises en œuvre.


Le 15 mars 2020, vous êtes désigné par les Ignymontains au premier tour de l’élection municipale. Puis la France entre en confinement et vous serez finalement élu maire lors du Conseil municipal d’installation le 23 mai. Cette situation inédite, comment l’avez-vous vécue ? L’année 2020 entière est inédite pour tout le monde, alors peu importe a posteriori le scé-nario de cette élection. Mon prédécesseur Jean-Luc Ourgaud est resté en responsabili-té plus longtemps et a su parfaitement gérer cette situation de crise. Il m’a régulièrement associé aux événements et aux réflexions dans cette période, atténuant d’autant la période de transition liée au relais des équipes municipales. Nous avons tous vécu une année troublante, oppressante, dont je tire deux enseignements : cette crise sanitaire révèle et attise notre besoin de relations humaines, elle démontre aussi l’évidence de services publics forts et opérants pour tous les habitants.

Dans notre action, nous voulons rester attentifs et agir quand il faut protéger, accompa-gner. Je vois cette attention auprès de tous les personnels de santé, d’enseigne-ment, des forces de l’ordre, tout comme je voudrais souligner l’investissement du personnel communal auprès des Igny-montains. Il a su se réinventer, imaginer dans l’urgence, pour rester ce maillon essentiel de la solidarité. Avec l’arrivée annoncée d’un vaccin, souhaitons que l’année 2021 nous projette dans un ave-nir plus souriant, même si les obstacles pour surmonter cette crise seront encore face à nous. Cette vigilance à mainte-nir une discipline commune repose sur nous-mêmes, nous place ensemble en première ligne pour en sortir. Ne baissons pas la garde pour concrétiser l’espoir. À Montigny comme ailleurs, la crise sani-taire a touché au cœur beaucoup de fa-milles. Elle rend aussi incertaine l’activité économique, des entreprises comme de nos commerçants. Avec la communauté d’agglomération SQY, nous sommes à l’initiative pour les accompagner dans cette période difficile. Nous avons élargi les terrasses au centre-ville depuis l’été dernier pour aider les restaurateurs, nous avons lancé très vite l’application de « clique et collecte » Shop’inSQY pour nos commerçants de proximité.


Je veux aussi rappeler que la sécurité a toujours été assurée à Montigny pendant cette période, grâce à une implication sans faille de nos policiers municipaux et des éducateurs de l’association DIRE, im-mergés au quotidien dans nos quartiers.

Quel impact la crise sanitaire a-t-elle sur le lancement de votre projet municipal ?

L’impact reste relatif en termes de planning, néanmoins il affecte particulièrement le budget municipal. Aux dépenses excep-tionnelles engagées pour accompagner la crise sanitaire s’ajoute le déficit de recettes sur les services municipaux. Les activités en faveur de la jeunesse et des quartiers, les propositions sportives, culturelles, les spec-tacles engendrent des manques à gagner importants qu’il faut parvenir à équilibrer. C’est un travail de rigueur budgétaire qu’il faudra maintenir au cours des prochains exercices, pour ne pas obérer nos capaci-tés à investir pour l’avenir.


Nouveaux équipements publics

A ce titre, plusieurs projets lancés lors du mandat précédent par mes prédécesseurs Michel Laugier et Jean-Luc Ourgaud sont bien avancés et nous aurons le plaisir de les mettre en œuvre prochainement. Les périodes de confinement ont relativement peu impacté leur rythme d’avancement. Le chantier du Forum des Arts Charles Aznavour est bien avancé à la Sourderie. Les élèves du conservatoire de musique, de l’école de théâtre de la ville et des as-sociations de danse devrait y trouver leur nouveau site d’expression à l’automne pro-chain. A la Sourderie également sur l’ancien site de l’école Albert Samain, l’équipement qui proposera en particulier 36 berceaux supplémentaires à l’offre municipale pour la petite enfance devrait être prêt quelques semaines plus tard. Enfin, le grand chantier de transformation du club Le Village est sur le point de démarrer, pour une ouverture programmée en 2022.
Je ne veux pas oublier enfin dans ce bilan l’arrivée et l’ouverture aux opérateurs du ré-seau Fibre développé par SFR  dans notre commune. A l’exception des quelques rési-dences devant encore mettre à jour leur convention avec ce dernier en assemblée générale, tous les foyers ignymontains peuvent désormais se tourner vers l’opéra-teur de leur choix pour se raccorder au très haut débit. C’est enfin l’occasion pour le maire de Montigny de donner une bonne nouvelle sur ce sujet, qui a engendré tant d’attente de la part des usagers depuis des années.


Les conseils de quartier bientôt en place


Par rapport à nos prévisions, le second confinement nous a contraints à trouver une autre solution qu’ouvrir des bureaux de vote, pour désigner nos conseils de quartier. Le choix d’un vote en ligne avec l’agence Fluicity a été conçue en un temps record depuis la mi-décembre. Elle s’achè-vera le 4 janvier et permettra à 96 nouveaux élus ignymontains de travailler au vivre-en-semble, à l’échelon de leur quartier, et d’ap-porter leur intelligence collective à notre projet municipal.


La MSPU est ouverte


Prévue initialement au printemps, la Mai-son de santé pluriprofessionnelle et univer-sitaire Jacques-Prévert est désormais ou-verte aux patients, place George Sand à la Sourderie. J’ai eu le plaisir de remettre les clés du bâtiment aux 19 professionnels de santé de diverses disciplines de médecine de ville qui y exercent désormais. En lien avec notre université des Sciences de la santé Simone Veil, cet établissement a aussi pour vocation de préparer l’avenir, en favo-risant l’implantation de médecins sur notre commune, et ainsi éviter le risque latent de désert médical qui n’affecte pas seulement les communes rurales, mais aussi des villes d’Île-de-France de notre calibre.


Solidarité, transition environnementale, concertation citoyenne, cadre de vie, avez-vous pu dans ce contexte lancer vos priorités de campagne ?


J’ai rassemblé autour de moi une équipe d’élus largement renouvelée, qui s’est mise au travail dès le lendemain de l’élection municipale le 15 mars 2020, avant même d’être offi ciellement installée lorsque le conseil d’installation de la nouvelle as-semblée s’est tenue fi n mai, à l’issue du premier déconfinement. La planifi cation des grandes orientations de ce mandat 2020/2026 était donc bien engagée. De-puis juin, les curseurs sont activés et notre administration communale, même en télétravail, est pleinement en ordre de marche. Notre projet municipal est donc lancé.


Concerter pour décider


Nous avons voulu faire de la concerta-tion citoyenne une priorité de notre pro-gramme, en dynamisant des dispositifs qui fonctionnent bien depuis la création de nos conseils de quartier, il y a une tren-taine d’années. Ils vont être dotés de pré-rogatives élargies, comme l’attribution d’un budget dédié, l’apparition de balades citoyennes, pour renouveler le format des réunions publiques. Les outils numériques nous permettent aujourd’hui de mieux sol-liciter l’avis, l’expertise de nos concitoyens. Nous avons décidé de nous appuyer sur une plateforme spécialisée dans ce type de démarche, Fluicity, pour enrichir le débat citoyen sur nos choix programmatiques à venir.


L’hypercentre, grand chantier exemplaire de la décennie à venir


Cette plateforme est donc ouverte à l’occasion de l’élection des conseils de quartier, avant de s’ouvrir à la concertation sur le devenir de l’hypercentre, qui, 40 années après sa naissance, doit faire l’objet d’une ambitieuse réhabilitation de plusieurs sec-teurs emblématiques, parmi lesquels le ca-nal, la place de la gare, l’avenue du Centre. Sur ce projet structurant qui se prolonge-ra dans les années à venir, la plateforme restera ouverte et compilera toutes les étapes au fi l des aménagements décidés et mis en œuvre. L’autre sujet qui va rapi-dement apparaître via Fluicity, ce sont les Jeux olympiques et paralympiques, dont notre ville accueillera plusieurs épreuves, dans seulement trois ans 1/2. Nous nous apprêtons à lancer un grand appel à idées auprès des habitants et des associations, pour faire monter la passion sur cet évé-nement unique que connaîtra Montigny à l’été 2024. Au sortir de cette crise sanitaire, dont l’issue fi nira par advenir, nous serons collectivement dans un nouvel élan pour partager à nouveau nos enthousiasmes, nos occasions de nous retrouver. Cet ap-pel à projet tombera à point pour renouer autour d’un beau projet. Je sais aussi que nous entretiendrons un dialogue perma-nent avec les habitants sur une orientation transversale qui devra être prise en compte dans tous nos projets : rester vigilants sur l’enjeu de transition environnementale.


La fondation Anne de Gaulle s’implante à Montigny


En matière de solidarité, j’ai pu en juin der-nier offi cialiser l’arrivée dans notre com-mune de la Fondation Anne de Gaulle, qui va construire son siège chez nous. Nous partagerons et travaillerons ensemble pour porter la richesse de la différence dans un domaine du handicap que Montigny accompagne également de longue date. A l’adresse de nos seniors, j’ai souhaité que les élus du Conseil municipal, majorité et minorité confondues, aidés de bé-névoles volontaires, offrent directe-ment les colis gourmands, mais aus-si des sourires et des mots, à leurs destinataires. Plus de 1700 foyers ont été visités juste avant les fêtes, et je veux en remercier tous les élus et les bénévoles volontaires qui ont su jouer leur rôle de proximité et d’écoute dans ce contexte diffi cile.


Pour une cuisine centrale


Sur bien des sujets, l’école est un univers qui suscite des débats jamais refermés. S’il en est un qui anime les échanges depuis plusieurs années, et qui fut beaucoup porté dans nos rencontres lors de la campagne électorale, c’est bien celui  de la restauration scolaire. Nous sommes attachés dans notre projet municipal à proposer plus d’exigence dans le contenu de l’assiette de nos enfants. Une solution pour mieux la maîtriser serait de disposer d’une cuisine centrale. Parce que c’est un coût diffi cile à supporter à l’échelon d‘une ville, mais que le débat les concerne toutes,  j’ai proposé à mes collègues maires de l’agglomération la création d’une cuisine centrale intercommunale, favorisant par-ticulièrement les circuits d’approvisionne-ment de proximité. L’idée fait son chemin, et je continuerai de la porter sans relâche.


Le quartier des Prés se transforme


Les habitants des Prés ont vu leur maison de quartier être mise à nu ces dernières semaines, ce qui a valu ces échanges nos-talgiques sur les réseaux sociaux. Plusieurs générations ont vécu leur expérience de cet établissement emblématique du quar-tier, riche de souvenirs de jeunesse. Sa réhabilitation complète est en chantier depuis quelques semaines. Elle s’imposait d’abord au regard de son vieillissement, mais aussi pour lui offrir un projet renou-velé. Plus globalement, cette réhabilitation s’ajoute à celles des écoles et des parcs et squares du quartier, et prochainement celle du centre sportif Coubertin. Elle concerne également, dans un bel élan coordonné, plusieurs résidences du nord et du sud du quartier, fruits de dialogues effi caces avec les bailleurs, que je remercie particulière-ment. Ce renouveau, inscrit à l’échelon et dans le paysage global d’un quartier, est à l’image de notre volonté de garder à Mon-tigny ce qui fait son identité depuis l’éclo-sion de la ville nouvelle : un cadre de vie soigné allié à un niveau de services publics plébiscité par ses habitants.