Disparition de Ricardo Bofill, l'architecte des Arcades du Lac

Les Arcades du Lac (1981) sont encore aujourd’hui la signature architecturale qui fait remarquer Montigny-le-Bretonneux des urbanistes du monde entier, et lui vaut aussi une présence dans nombre de guides touristiques. On aime ou on n’aime pas mais, comme tous ces projets qui touchent l’histoire d’une discipline, le programme de logements réalisé par l’architecte barcelonais Ricardo Bofill ne laisse personne indifférent. Il interroge, enthousiasme ou déçoit certains, encore aujourd’hui. Rares en revanche sont ceux qui y résident et ne s’en revendiquent pas. Habiter aux Arcades est alors un emblème qu’on aime évoquer, un lieu de vie atypique, qui recèle un vrai cadre de vie, par-delà les réactions spontanées des visiteurs d’un instant.

Pour Ricardo Bofill, la réalisation des Arcades du Lac débute, dans les années 70, son aventure française. Avec son « Versailles du peuple », il défend l’idée d’une architecture classique et monumentale, loin des villes dortoirs et des tours impersonnelles.
Comme partout où il a laissé son empreinte architecturale, la nouvelle de la disparition de Ricardo Bofill, le 14 janvier dernier à l’âge de 82 ans (du Covid 19), a suscité beaucoup de réactions et d’articles sur ce bâtisseur qui a posé sa vision d’architecte dans le monde entier. Il fait partie de ces quelques « starchitectes », chantre du néo-classicisme en architecture, souligné notamment dans l’ampleur du quartier Antigone à Montpellier (1978).

En 2021, sa venue à Montigny et Voisins était programmée pour les 40 ans des Arcades (1981)  et des Templettes (1984). La pandémie avait finalement contrarié le projet. Installé dans sa ville natale, Ricardo Bofill ne sera pas revenu posé son regard sur son héritage yvelinois, qui garde fière allure.

à l’initiative de la ville de Montpellier, toutes les villes françaises qui comptent sur leur territoire un programme architectural porté par R. Bofill lui ont rendu hommage dans les pages du Monde dans l'édition du samedi 22 janvier 2022. La Ville de Montigny lui prépare également un hommage.