La concertation va être lancée, quel avenir pour l'Hypercentre ?

C’est le tout début d’une restructuration globale qui a pour objectif, à terme, de donner un nouveau souffle au quartier de Saint-Quentin. La première phase de ce projet a été lancée cet été par l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (sqy), via une concertation auprès des ignymontains et des usagers du territoire. Elle permettra de définir les priorités pour une réhabilitation progressive de la zone dite de l’hypercentre.

Une ville est un éternel recommencement. Aussitôt esquissée, composée, et déjà redessinée et réinventée. La zone dite de l’Hypercentre de Montigny (voir ci-contre), formant le cœur du quartier de Saint-Quentin et globalement achevée il y a une quarantaine d’années, s’apprête ainsi à retourner sur les tables des urbanistes pour une opération graduelle de réhabilitation. Né dans la foulée de la création de la ville nouvelle, entre la fin des années 70 et la fin des années 80, ce périmètre constitue l’un des lieux les plus dynamiques de la ville, notamment à travers la présence d’équipements rayonnant au-delà de Saint-Quentin-en-Yvelines (gare, théâtre, centre commercial, université…). Il souffre aujourd’hui d’un certain vieillissement, ainsi que d’un problème de lisibilité et d’attractivité.

«créer une véritable identité de centre-ville»

«Face à ce constat, les différents décideurs de l’agglomération ont fait part de leur volonté commune de renouvellement et de restructuration globale des espaces publics et du centre commercial, afin de le redynamiser et de créer une véritable identité de centre-ville», précise Jean-Luc Ourgaud, maire de Montigny. Conforter ses caractéristiques environnementales et naturelles, renouveler son attractivité dans un environnement concurrentiel très fort, ou encore renforcer son identité et fluidifier les continuités spatiales et fonctionnelles avec les territoires avoisinants font ainsi partie des objectifs de cette démarche. La difficulté de ce projet tient dans le fait que ce secteur est vaste, et que la grande diversité de propriétaires des différents sites engendrera nécessairement des délais administratifs et de réalisations différents. Si la ville compte de fait une majorité de rues et de places sous sa responsabilité de gestion, une partie de l’avenue du Centre appartient en effet à l’hypermarché Carrefour, la place Pompidou à l’Agglomération, ou encore la rue Colbert à Hammerson, gestionnaire du centre commercial. «Cette complexité historique s’ajoute au fait que le quartier concentre une mixité peu commune puisqu’il est à la fois un quartier d’affaires (le plus important de l’Ouest parisien après La Défense), un point d’entrée autoroutier et un lieu d’habitation, universitaire et culturel», ajoute Jean-Luc Ourgaud.

Une restructuration sur le temps long

C’est pour toutes ces raisons, ajoutées à l’investissement conséquent que ce projet d’envergure va engendrer, que cette restructuration se fera sur le temps long. Souhaitant impliquer les usagers du secteur dans ce projet, dont font évidemment partie les Ignymontains, SQY a donc décidé de
le présenter à leur concertation. Pour cela, l’Agglomération a donc publié une page sur son site Internet (voir lien ci-après), avec la possibilité pour chacun d’enrichir le diagnostic effectué sur le secteur et de faire part de ses remarques et attentes. En parallèle, une balade dans le quartier, ouverte à tous les volontaires, est d’ores et déjà programmée afin de permettre à tous de pouvoir mesurer les différents enjeux sur le terrain et de donner plus efficacement son avis. Deux réunions suivront dans les mois à venir (voir ci-contre).

Le samedi 7 décembre (9h30/12h30) :


À l’occasion de la balade urbaine «réinventer l’Hypercentre», chacun sera invité à faire le tour du secteur afin de donner son avis et faire part de ses remarques en vue de la réalisation de ce gigantesque projet. Par petits groupes et munis d’un livret, les participants pourront également échanger librement entre eux sur le sujet. Le point de rendez-vous a été fixé sur le parvis du théâtre de Saint-Quentin à 9h30.

Les 23 janvier et 29 février :


Des ateliers thématiques seront organisés par SQY les jeudi 23 janvier et samedi 29 février prochains. Le 23 janvier, un premier atelier se tiendra le midi pour les usagers et salariés du secteur. Un second sera proposé le soir pour les habitants. Les thématiques traitées seront définies en fonction des remarques et idées données à l’occasion de la balade du 7 décembre (lieux d’accueil des ateliers dans votre prochain journal).

S’inscrire à la balade et/ou aux ateliers :
https://www.saint-quentin-en-yvelines.fr/fr/hypercentre

Le centre commercial régional et SQY Ouest

Les centres commerciaux Espace Saint-Quentin et SQY Ouest sont également un enjeu important en vue de la restructuration de l’Hypercentre. Si la seconde vie de SQY Ouest s’inscrit dans une nouvelle dynamique, avec les ouvertures ces dernières années de plusieurs enseignes de restauration et de l’enseigne de produits culturels Le Furet du Nord, auxquelles s’ajouteront en ce début d’année 2020 celles d’un simulateur de Formule 1 et d’une salle de sport dans les niveaux inférieurs, des actions de redynamisation d’Espace Saint-Quentin sont actuellement à l’étude de la part du groupe gestionnaire Hammerson, le propriétaire du centre.

Le quai Truffaut

Conçue il y a maintenant quarante ans, la place Truffaut se donnait l’objectif d’accueillir le canal, d’évoquer la Bièvre par un vaste plan d’eau mais aussi, venant de la place Pompidou, d’assurer une transition pittoresque vers l’artère commerciale de la rue Jean Renoir. Aujourd’hui,  ces objectifs restent évidemment valables mais le plan d’eau et la fontaine d’adossement, conçue par Stanislas Fiszer ne peuvent être conservés en l’état. En outre, située en contre-bas de l’avenue Nicolas About et légèrement plus haut que la rive Sud des quais (côté lycée E. de Breteuil), elle présente des contraintes de desserte ou d’accès piétonnier. L’objectif serait notamment de faire de ce quai un lieu de rendez-vous plus marqué, ou encore d’assurer, sous une autre forme, la présence de l’eau.

La place G.Pompidou

La place Georges Pompidou est un lieu de passage central de la ville. L’objectif serait à terme de la rendre plus attractive et arborée, de permettre une meilleure cohabitation entre ses différents usagers et une plus grande sécurisation des traversées piétonnes et cyclables, tout en accueillant les flux entrants et sortants existants (avenue du Centre, avenue du Pas-du-Lac...). Il s’agirait également d’offrir, face au théâtre, un parvis permettant d’accueillir des spectacles vivants.

L'avenue du Centre

Artère extrêmement fréquentée, tant par les véhicules que par les piétons, l’avenue du Centre revêt une importance capitale dans l’objectif de rendre l’Hypercentre plus lisible et d’offrir davantage de fluidité entre ses différents lieux de vie et d’activité. Une végétalisation accrue serait également la bienvenue.

Le canal

D’une œuvre d’art public à l’autre, en l’occurrence du disque de Nissim Merkado (posé en bordure de l’avenue des Prés) jusqu’à la perspective de Marta Pan (face à la bibliothèque universitaire), le canal et ses quais forment un cheminement d’environ 800 m auquel les riverains sont profondément attachés. Sans eau depuis quelques années, il est confronté à des problèmes d’étanchéité tels qu’il faut le repenser. Sachant que ses séquences sont assez différentes (potentiellement naturalistes vers la rue des Coquelicots, plus urbaines sur le quai Jean Renoir...), une unique solution n’est probablement pas adaptée. Elle devra toutefois viser une fiabilité à long terme, tout en lui conférant une image plus attractive.

La place C. de Gaulle

Créée dans la foulée de la construction de la gare de Saint-Quentin dans les années 70, la place Charles de Gaulle nécessite aujourd’hui d’être largement repensée. Outre son aspect visuel, peu en phase avec les gestes architecturaux plus contemporains, il sera de fait nécessaire de repenser son ouverture sur le reste du quartier et son rôle en termes d’identité et d’attractivité de ce pôle.