Groupe “Montigny Ensemble”

PRÉSERVER LA NATURE, CONSTRUIRE

POUR L’AVENIR, UN PARADOXE À TENIR

Vous l’avez constaté ces dernières années, votre équipe municipale a lancé de très nombreux travaux sur la ville, avec de très nombreux pro-jets structurants  : un nouveau pôle culturel, de nouveaux équipements sportifs, un pôle petite enfance, une maison de santé... Nous pourrions poursuivre la liste encore longtemps. En raccourci, Montigny est sûrement la ville de sa strate de po-pulation qui aura le plus investi sur ce mandat. Cela sans augmenter les taux des impôts et sans dimi-nuer les services à la population malgré la baisse des dotations de l’État.
Mais en parallèle, nous avons évolué de manière très importante sur le même mandat en matière de protection de l’environnement. Vous l’avez sans doute constaté, nous avons renoncé aux traite-ments phytosanitaires. Cela n’est pas sans consé-quence sur l’aspect de la ville car les mauvaises herbes sont davantage présentes aujourd’hui. De la même façon, nous espaçons nos tontes sur cer-tains espaces verts pour proposer un écosystème plus favorable à la biodiversité.
Montigny s’est vu remettre le label de «ville enga-gée pour la biodiversité» aux Assises nationales du même nom. Seules 25 communes franciliennes ont obtenu cette reconnaissance.
Elle vient s’ajouter au titre de première ville de France pour le nombre de refuges naturels en zone urbaine, que la Ligue de Protection des Oi-seaux (LPO) nous a reconnu.
Elle s’ajoute au fait que nous sommes l’une des premières villes du département en nombre de kilomètres de pistes cyclables.
Trouver le point d’équilibre, vous le savez, c’est depuis toujours notre façon de concevoir la ville, on a l’exemple en urbanisme avec une mixité dans presque tous nos quartiers. Éviter les immeubles trop grands, construire des logements pour répondre aux besoins mais ne pas réduire nos espaces verts pour autant. Ce paradoxe, nous y sommes attachés, il est inscrit dans notre ADN car il est le garant d’une vie agréable pour les Igny-montains, mais aujourd’hui, nous nous efforçons de nous montrer encore plus ambitieux en matière de développement durable, car c’est un enjeu qui conditionnera notre avenir et surtout celui de nos enfants.

Groupe “Montigny à venir”

LA VÉRITÉ DES CHIFFRES

Le Conseil municipal vient d’arrêter les comptes 2018. C’est un moment fort, parce qu’il s’agit, au-delà des bonnes intentions, de constater la réalité de la poli-tique menée par la majorité.
C’est un exercice particulier pour une opposition impliquée et vigilante : d’une grande quantité de chiffres, assénés avec précision par l’adjointe aux finances, il faut extraire les grandes tendances, celles qui méritent d’être mises en perspective. Seul groupe d’opposition présent, nous sommes intervenus sur 3 thèmes : les prélèvements, les économies, et les inves-tissements.
Les prélèvements ont fortement augmenté, de 720.000€ en 2018. Cela s’explique d’abord par la progression de 2,3% des recettes fiscales. C’est plus que l’inflation, et cela montre que même si la majo-rité proclame qu’elle n’augmente pas les impôts, les Ignymontains, eux, en paient de plus en plus… Les re-cettes tarifaires (les services payants de la commune) augmentent de 3,1%. La majorité l’explique par le retour en arrière sur la réforme des rythmes scolaires : elle s’était bien gardée de le mettre en avant lors du pseudo-débat organisé sur le sujet, mais les parents doivent effectivement payer davantage le centre de loisirs, pour couvrir le mercredi matin.
2e sujet, la réduction de la qualité de service pour faire des économies. Lorsque la municipalité a décidé de supprimer les cuisines dans les crèches pour achemi-ner des plats en « liaison froide », elle avait expliqué que cela lui évitait des recrutements difficiles, et qu’en aucun cas il ne s’agissait de faire des économies. Mais les chiffres sont têtus : 120.000 € d’économies obte-nues avec la dégradation de la qualité des repas de nos tout-petits.
3e thème, les investissements. Malgré le poids déme-suré du projet Bergson, nous investissons 28% de moins que la moyenne des villes équivalentes. C’est considérable, alors que nous pourrions rénover les pistes cyclables et améliorer les performances éner-gétiques des bâtiments municipaux.
Tout cela ne nous permet pas de juger positivement la gestion municipale. Certes, Montigny n’a pas de dette, l’histoire de la ville nouvelle ayant permis que les équipements publics, à commencer par la mairie, soient construits par l’Etat. Mais ce n’est pas suffisant pour considérer que les ressources de notre ville sont bien employées.


montignyavenir78@gmail.com - montignyavenir78.blogspot.fr Les élus de « Montigny à venir » : Vivien Gasq, Gilbert Brokmann et Christian Rozé

Catherine Sacchi, élu indépendante

LE CHANT DES SIRÈNES  

OU LE CHAMP DES SIRÈNES...

Le nouveau monde aurait-il contaminé notre chère commune ? Certains se sentent pousser des ailes au vu des résultats trompeurs des élections euro-péennes. Nous connaissons tous la sociologie de Montigny, ville bourgeoise dans le bon sens du terme, où il fait bon vivre, travailler, pratiquer di-verses activités sportives et culturelles, en somme un électorat convoité par nos élus nationaux. L’éco-logie fait de plus en plus partie de notre vie et notre municipalité n’a pas de leçons à recevoir de pseudo écolos fraîchement convertis. Oh, bien sûr, il arrive hélas qu’une rue de notre commune soit amputée de superbes merisiers trentenaires pour y replanter quoi et quand ? Il arrive qu’une piste cyclable soit rénovée à défaut d’en créer de nouvelles. Mais l’envi-ronnement est respecté à Montigny.
Notre commune s’est façonnée depuis plus de 40 ans grâce à l’action de ses élus municipaux, bien évidemment, mais surtout grâce à son apparte-nance à la Ville Nouvelle. Cela ne peut être oublié et rayé d’un trait par un opportunisme pointant son nez, en vue de prochaines échéances électorales. L’indécence et le racolage pour se faire «une place au soleil» sont de mise depuis le 26 Mai, faisant fi de l’implantation locale des acteurs associatifs. L’Igny-montain ne doit pas se laisser berner par l’arrivisme acharné de la caste au pouvoir. Qu’il ait voulu faire barrage à l’extrême droite et à une certaine droite versaillaise peut se concevoir, mais la gestion d’une municipalité doit être reconnue et continue, elle doit rester aux mains d’experts du terrain. Ceux de droite ou d’ailleurs qui succombent au chant des sirènes, se fourvoient en espérant recueillir les éventuels fruits d’une proximité gouvernementale. A Montigny, tou-jours face aux extrêmes, nous avons déjà commis l’erreur de faire élire un député aux ordres d’une productivité déshumanisée. Espérons que cela nous serve de leçon. L’humain, justement, existe encore dans notre commune, permettons lui de perdurer.
Il est temps pour nos jeunes de prendre le chemin des vacances bien méritées, même si pour certains il est difficile de partir sans être assuré de ce que sera la rentrée.

Issam El Bakkali, élu indépendant OPPOSITION

LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ (RPR)

Alors que l’été vient d’arriver, de grandes ma-nœuvres sont déjà engagées en vue des futures élections municipales.
Elles éclateront au grand jour sitôt la pause esti-vale terminée et empoisonneront alors le débat public.
Je veux donc profiter de ce dernier répit pour, chers concitoyens ignymontains, vous entrete-nir de l’essentiel.
Le destin d’une commune ne peut se concevoir en dehors de celui de la nation à laquelle elle appartient.
Je ne désire à Montigny-le-Bretonneux que ce que tout citoyen doit exiger en France : Liberté, Égalité, Fraternité.
Mes principes sont ceux de la République et j’exhorte tous mes concitoyens à les faire siens.
LIBERTÉ  : tout être pensant exerce son esprit critique sans limite et agit sans autre limite que l’intégrité d’autrui.
ÉGALITÉ  : tout être pensant concourt aux af-faires publiques sans privilège moral ni entrave matérielle.
FRATERNITÉ : toute oppression contre un être vivant vaut oppression contre tous les êtres pensants.
Malheureusement, il ne suffit pas de graver ces principes aux frontons des édifices publics pour en faire une réalité.
Il est évident que la République reste encore à construire. Il faut commencer au plus près de chacun, par la commune.
J’exhorte donc tous les Ignymontains à s’unir pour faire de «Montigny-en-République» un exemple pour la France.
Vive la République et vive la France !Excellent été à tous
Salutations citoyennes et fraternelles.

République Par Raison (RPR)

i.elbakkali(at)montigny78.fr      @IEB78180 sur twitter