Groupe “Montigny Ensemble”

ON RESPIRE DE NOUVEAU, C’EST OU«VERT» !

Des bancs de l’école, aux bancs publics et bans de mariages, la vie reprend son cours et le service public retrouve ses lettres de noblesse. Crèches, écoles, équipements sportifs, établissements recevant du public rouvrent plus largement. Pour autant, il est à noter que, pendant la période de déconfinement, la ville avait déjà accueilli beaucoup d’enfants, d’ailleurs Montigny-le-Bretonneux fut la 3e ville des Yvelines à accueillir le plus d’élèves dans le respect des normes sanitaires prescrites. Retrouver l’art de vivre à la française, c’est tout simplement la joie de partager des moments conviviaux. En conséquence, la commune facilite l’extension des terrasses des restaurants pour encourager la reprise économique des restaurateurs locaux. Ainsi, pendant tout l’été, l’avenue du Centre, notamment, laisse la part belle aux terrasses préfigurant à la rénovation de l’hypercentre.

La commune agit plus globalement auprès des acteurs économiques du territoire, qui participent à l’attractivité du territoire. En effet, le sou-tien se manifeste par un abattement de 25% de la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE). Cette réduction a pour but de ne pas obérer les finances des entreprises et surtout de participer au maintien des  emplois sur le territoire.
Le confinement a cristallisé des tensions sociales, et renforcer l’isole-ment. Le vivre ensemble, pilier de notre programme, s’en trouve, in fine, renforcé.  C’est pourquoi même si Été en sable ne sera pas dans son format originel, ce sera pour autant un été ensemble dans les quartiers. En effet, les maisons de quartier, équipements de proximité, vous proposeront un ensemble d’animations pour embellir votre été et favoriser le lien social.

On passe au vert, y compris dans le cadre du vote de notre budget, malgré les contraintes fortes posées par l’état d’urgence. Même dans un contexte inédit, le Conseil municipal a acté à la majorité, encore une fois, le maintien des taux des impôts locaux de la commune, sans aucune hausse. Pour Montigny Ensemble, c’est la première forme de solidarité. Cet effort, est un geste barrière pour éviter de réduire encore le pouvoir d’achat des administrés, tout en maintenant un service  public de qualité.
La respiration estivale qui s’annonce est l’occasion de profiter encore d’avantage de vos proches, de vous ressourcer en famille ou entre amis.  Nous resterons, évidemment, attentifs pendant tout l’été notamment pour ceux qui ne pourront partir et nous maintiendrons la chaîne de solidarité.
L’équipe de Montigny Ensemble vous souhaite un été riche de rencontres et de convivialités, l’occasion de découvrir ou redécouvrir les richesses naturelles et patrimoniales de notre beau pays notamment.

Groupe AIMES

LE «MONTIGNY D’APRÈS» !

Nous venons de vivre une période exceptionnelle, une parenthèse dans une vie souvent trépidante, qui nous a fait prendre conscience du besoin de construire un autre monde : «le monde d’après».  Avec AIMES, ce «monde d’après» nous l’avions déjà imaginé pour Montigny il y a plusieurs mois quand nous avons construit notre pro-gramme. Nous étions loin de nous douter à quel point cela prendrait tout son sens aujourd’hui.
Le «Montigny d’après» doit être écologique et solidaire pour que cha-cun puisse y trouver sa place, les enfants, les familles, les personnes isolées, mais aussi et surtout afin d’assurer l’avenir avec un grand A.
Pour nous, c’est le rôle de la Mairie d’initier les changements pour construire cet après, en prenant des décisions fortes :

-    pour accompagner au mieux les citoyens de demain, aucune classe ne doit être fermée dans les écoles lors de la rentrée prochaine ; les bénéfices des effectifs raisonnables sont connus ;
-    pour pallier les effets de la crise économique, qui va entraîner les plus fragiles vers la précarité, la Mairie doit confier la gestion des logements municipaux à des associations au lieu de les vendre pour faire de la trésorerie ;
-    pour renforcer le lien social, tant plébiscité durant cette pandémie, et soutenir notre économie, la Mairie doit encourager nos commerces de proximité, favoriser l’économie circulaire et impliquer chacune et chacun dans la construction du Montigny de demain ;
-    pour nourrir les saint-quentinois, SQY doit mettre en place une poli-tique en faveur du maraîchage par l’installation de fermes urbaines, de jardins partagés et d’AMAP, pour améliorer la résilience de notre ville face aux crises actuelles et futures. Produire et acheter une nourriture locale, c’est réduire les pollutions liées aux transports, c’est permettre à chacun l’accès à des ressources saines et enfin, c’est retrouver le goût du partage.
Certains vont penser que tout cela coûte cher et que notre ville ne peut pas se le permettre. La volonté politique est inexistante, mais le budget primitif 2020, présenté lors du conseil municipal du 22 juin, montre au contraire que la ville dispose des ressources nécessaires pour construire le «Montigny d’après».

 

Vivien Gasq, Caroline Scao, François André, Sonia Tessé et Guillaume Beuriot
AIMES - Alternative IgnyMontaine Écologique et Solidaire aimes2020.fr
aimes.montigny2020@gmail.com
facebook.com/AIMESmontigny2020
twitter.com/AIMES_MLB_2020

Groupe Montigny Solidarité

QUEL BUDGET POUR QUELLE POLITIQUE ?

Un budget municipal est un acte politique qui révèle la nature du programme mis en oeuvre. Celui qui nous est proposé a été préparé par l’équipe précédente, ce qui est logique, d’autant qu’un des slogans de campagne de la « nouvelle » majorité était la continuité. La mise en confinement de la démocratie par un certain virus, aurait pu donner du temps pour un ajustement. La crise, ou plutôt les crises laissent prévoir des lendemains qui ne chanteront pas. Les licenciements vont se multiplier et la précarité va augmenter, y compris à Montigny.
Le Centre Communal d’Action Sociale, risque d’être l’objet de sollicitations plus nombreuses.
Malgré cela, la subvention budgétée pour 2020, au profit du CCAS est en baisse de plus de 23 k€ par rapport à l’année précédente. La solidarité par l’action publique n’est pas au rendez-vous.
L’emploi (personnel municipal) n’est pas mieux loti. Alors que le nombre de titulaires a baissé de plus de 3% (équivalent temps plein), celui des contractuels a augmenté de plus de 4% et celui des vacataires de plus de 45% ! La sécurité de l’emploi est pourtant un gage de qualité.
Parmi les travaux annoncés, la réfection du parvis de la mairie (117 k€), qui nous semble en bon état, ne paraît pas d’une nécessité absolue. Alors qu’un plan vélo est annoncé, rien n’apparaît clairement à ce su-jet. Mais n’anticipons pas, nous y seront attentifs et prêts à y apporter nos propositions.
Les libertés publiques seront malmenées, par les 50 k€ prévus pour l’installation de caméras pour la vidéosurveillance (appelée protection pour faire plus joli) qui n’a jamais empêché la commission d’un délit quelconque. Il est inutile de critiquer certains pays pour le contrôle qu’ils exercent sur la population si c’est pour mettre en place les outils qui le permet.
La liste à la Prévert pourrait être encore longue, mais la place nous manque. Pour faire bonne figure, 780 k€ sont inscrits au titre de projet numérique dans les écoles. De quoi s’agit-il ? Des tablettes précédemment livrées par la région, donnaient droit, à l’ouverture, à une quinzaine de minutes de propagande par la part de la présidente, au mépris de la neutralité de l’école. Souhaitons qu’il n’en soit pas de même. Mais un regard sur le site de «Seine-Yvelines Numériques » ne nous donne aucun renseignement. C’est un flot de mots creux,probablement sortis de la tête d’un énarque. Quels sont les outils pédagogiques ? Qui formera les enseignants ?
Le numérique ne remplacera jamais l’instituteur.

Montigny Solidarité p.dejean@montigny78.fr